Being Human - Series 1, Episode 5

Mitchell a tourné le dos à l’humanité et est retourné auprès des vampires, alors qu’Annie met au point sa vengeance contre Owen.

Nous sommes à l’avant-dernier épisode de la saison, et personnellement, je trouve que l’on nous sert ici le meilleur épisode, qui justifierait presque les moments de longueurs que nous avons eu par le passé.

George est un peu laissé sur le carreau sur le plan de l’intrigue personnelle, mais il possèdera ses moments à lui, comme la scène où ils vont au quartier général avec Annie. It’s priceless, comme disent les anglophones, et ce sont toujours ces passages-là qui font la différence.

Enfin, avant d’en arriver là, il va se passer pas mal de choses. D’abord du côté d’Annie, qui décide de jouer au fantôme qui hante son meurtrier. Owen, d’abord pris de peur, va vite se ressaisir. Il faut lui reconnaître un sacré sang-froid, qui s’explique surtout vers la fin. Pendant une partie de l’épisode, je trouvais qu’il acceptait un peu trop facilement l’existence des fantômes, à la différence de sa petite amie, qui elle, représentera plus le commun des mortels, songeant qu’elle est devenue folle.  Sa réaction se justifie amplement vers la fin, quand on découvre comment il a interprété la mort d’Annie, ce que cet acte a engendré. Avec la fin, je ne le vois pas quitter le tableau, je ne sais pas pourquoi, je le vois bien se retrouver rejoindre d’autres êtres mystiques, mais peut être est-ce juste moi ? En tout cas, on laisse bien planer cette possibilité, et il serait parfait pour nos amis de la nuit.

Quoi qu’il en soit, les petits tours d’Annie vont aussi lui faire découvrir d’autres secrets sur sa vie d’avant, et surtout sur le fait qu’Owen était déjà un beau salaud, si vous me passez l’expression. Le personnage s’est réellement construit tout du long de la saison, du type ordinaire qui a perdu l’amour de sa vie, à la vérité, l’homme qu’il était, et l’homme qu’il est devenu. Cela détruit totalement la vision de la jeune femme sur la vie qu’elle menait, qui se révèle alors remplie de mensonges.

En parallèle, Mitchum rejoint les vampires, qui se préparent à faire un coup, si on peut dire. Mais lui, malgré ce revirement, n’a pas totalement abandonné ses idées, et il ne se rend pas compte tout de suite de ce qui se trame réellement. C’est un peu un retour à ce qui avait été lancé dans le pilot, et qui fut peu abordé durant les précédents épisodes. L’un des gros défauts de la partie vampirique est qu’on ne ressent pas vraiment la menace. On voit toujours les mêmes figures, et ils ne font pas forcément dangereux. Disons que cela ressemble plus à un petit groupe, mais on peut le comprendre, c’est une question d’argent, de moyen, de place… Enfin, de différents paramètres liés au budget et à la vision créatrice aussi, j’imagine.

Des pointes d’humour bien placées, la résolution de toute l’affaire Lauren – qui prend ici un sens vis-à-vis de ses éternels changements de position – et surtout, une fin qui nous laisse dans l’expectative. Un excellent épisode qui nous prépare comme il se doit pour le dernier de la saison.

avatarUn article de .
CaroleC
1 commentaire