Being Human – Series 2, Episode 2

Une ancienne connaissance de Mitchell arrive à l’hôpital mort, avec des marques dans le cou. Annie continue de fréquenter Saul, au grand désarroi de son nouveau patron Hugh. George et Nina essaient de faire fonctionner leur relation, mais leurs efforts vont être compromis quand il se retrouve à devoir aider Mitchell et son ami Carl.

Après un épisode de reprise qui semblait mettre en place tous les éléments de la saison, ce second épisode vient un peu contredire ce fait, en offrant la part belle à Annie et à son statut de fantôme.

La mythologie autour de la demoiselle hantant nos terres n’avait pas été très explorée au cours de la première saison, et nous avions juste effleuré le sujet. Cette fois-ci, on rentre dans le tas, et il était temps ! Saul – le client du bar – ne va donc pas trop s’éterniser dans le coin, mais va fournir du matériel assez riche qui va compliquer l’existence d’Annie. Au départ, assez superficiel et semblant être un simple prétexte pour montrer à la jeune femme que ses tentatives d’être quelqu’un de tout à fait normal sont vouées à l’échec, les évènements vont prendre une tournure plus glauque, apportant un bon lot de questions. Il n’est d’ailleurs pas plus mal de voir là une conséquence à son refus de prendre la porte vers l’au-delà (on va l’appeler ainsi), montrant quelques règlementations bien réelles, et apportant avec un peu plus de mystiques. Seul bémol : l’intervention via la télévision, un pur classique britannique, qui commence vraiment à s’user.

Pendant que la situation d’Annie évolue – et pas dans le bon sens -, Mitchell voit ressurgir un ami, Carl, qui l’avait aidé à arrêter de s’alimenter d’humains. Ce dernier vient de tuer son compagnon, cédant à une pulsion incontrôlable et il est recherché. Comme il fut souvent le cas dans le passé avec Mitchell, on continue de poser à nos vampires samaritains des obstacles sur leur route, démontrant qu’ils agissent presque contre leur nature profonde. D’un autre côté, Ivan semble particulièrement intéressé par la façon dont George parait avoir ranimé les émotions chez sa compagne de route, Daisy. On joue continuellement sur une ambivalence, tout en poussant nos amis vers des actions quelque peu douteuses, tout particulièrement pour Nina, qui a des difficultés à trouver sa juste place dans cet univers semblant avoir une ligne de morale qui n’est pas la sienne. Malheureusement, il faut admettre qu’avec elle,  nous trouvons sans doute possible une des intrigues à l’évolution la plus prévisible, dont le but premier apparaît être de pouvoir connecter les évènements qui ont lieu au sein de la maison avec les fondamentalistes chrétiens. Ces derniers sont présents en fond, comme un certain nombre d’éléments, laissant leur place pour d’autres développements, et surtout, offrant donc du temps à ces intrigues pour piquer à droite et à gauche, avant qu’elle ne devienne complètement prédominante.

On nous sert donc un second épisode qui offre quelques approfondissements historiques (pour Mitchell), et quelques évolutions qui auront un fort impact pour la suite (avec Annie et Nina). La mise en place des enjeux souffre dans la première partie de quelques longueurs, la seconde demi-heure de l’épisode remplissant alors plus les attentes.

avatarUn article de .
CaroleC
1 commentaire