Miss Matty reçoit de mauvaises nouvelles suite à ses investissements, mais ne tient pas à révéler ses difficultés financières à ses amis. Lady Ludlow s’oppose à Mr. Carter en ce qui concerne l’éducation d’Harry Gregson et se voit dans l’obligation de vendre pour laisser passer la voie ferrée, dans le but de financer une nouvelle maison à son fils, Septimus. Le Dr. Harrison demande permission au révérend Hutton de courtiser sa fille. Pendant ce temps, les ragots trompent d’autres femmes, Miss Tomkinson et Mrs Rose songeant toutes les deux avoir attiré l’attention du docteur.

Après avoir perdu les deux êtres qui devaient avoir le plus d’importance dans sa vie, Miss Matty fait une erreur de jugement la menant à sa perte financière. On voit ainsi la difficulté de l’époque, à la vitesse à laquelle on peut se retrouver sans argent, et le fait qu’il faut toujours maintenir les apparences. Comment Miss Matty va-t-elle maintenant pouvoir remonter la pente ?

Le Dr. Harrison se décide à faire le premier pas, et souhaite courtiser Sophy. Ici aussi, on voit la place de l’argent dans ce monde, avec le fait qu’il veut avoir une stabilité financière avant de s’engager, et aussi les histoires de dots. Mais cela met encore plus en avant la capacité d’interprétation d’autrui, que chacun des gestes que l’on fait est sous microscope dans une petite ville où la moindre nouveauté fait rapidement le tour. Le Dr. Harrison va enfin apprendre à ses dépens les différences d’existence entre une grande ville et Cranford. Alors qu’il n’a toujours été question que de Sophy, ces interlocutrices ne le sachant pas se sont mises à se faire des idées. Dans le cas de Mrs. Rose, c’est souvent de mauvais concours de circonstances, alors que pour Miss Tomkinson, la lettre fut l’élément déclencheur. Mais comme il n’était au courant de rien, certaines de ces paroles furent mal interprétées.

Harry Gregson se retrouve sous les projecteurs de Lady Ludlow et ce n’est pas pour son bien. Représentante d’une vieille société, elle va punir l’enfant de l’éducation qu’Edward Carter a jugé bon de lui fournir. Elle montre donc ici le fait que certains membres de la société voient d’un mauvais œil l’évolution de l’éducation, touchant des populations en difficulté. Des réflexions avaient déjà été faites, et son comportement ici confirme cela. Il y a aussi la place pour une petite réflexion sur la place de l’homme et de la femme dans tout ceci, montrant avant tout que ce que l’on est altère le jugement d’autrui.
Lady Ludlow continue par ailleurs de payer pour son fils. Septimus ne passe jamais la voir, et d’un point de vue extérieur, nous avons plus la sensation qu’il utilise sa mère. Cette dernière parait n’y voir que du feu, mais surtout fait le choix de ne pas montrer qu’elle se sait manipulée par son fils.

Nous sommes en mai, et le chemin de fer progresse.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire