Cranford – Series 2, Episode 1

La maison de Miss Matty est pleine de vie : son rêve d’y voir un enfant a été réalisé avec la naissance de Tilly, la fille de sa servante Martha et du charpentier Jem. Cependant, la menace du chemin de fer n’a pas complètement disparu, bien que la construction se soit arrêté cinq miles à l’extérieur de Cranford – un désastre pour la ville, selon le Captain Brown. Pendant ce temps, Lady Ludlow attend le retour de son fils d’Italie et Harry Gregson est envoyé à l’école. La ville voit aussi le retour de Mr Buxton avec son fils, William, et sa nièce Erminia.

C’est la saison de Noël sur BBC, qui, deux après les premiers épisodes, nous ramène à Cranford. Le temps a passé pour la petite ville de Cheshire : nous sommes en aout 1844, et le train attend à l’extérieur de la ville. Une menace qui ne ressurgira surtout qu’à la fin de cette première partie, occupée que nous sommes en compagnie de Miss Matty à découvrir les changements mondains, faire connaissance avec les nouveaux protagonistes, et aussi voir le drame s’insinuer dans la vie des habitants.

Il n’y a plus de médecin à Cranford, alors que Martha attend son deuxième enfant. Par contre, c’est le retour de Mr Buxton après deux ans d’absence en compagnie de son fils William, et de sa nièce Erminia. Les deux jeunes gens incarnent l’avenir, avec des mentalités moins ancrées dans les conventions et une forte envie de progrès. Et puis, nous voilà quand même avec deux beaux parties, et rapidement, le jeune homme va poser son regard sur Peggy Bell, qui vit dans un cottage isolé avec sa mère et son frère Edward. Il faut dire que la demoiselle est belle et rafraichissante, et qu’il est difficile de ne pas tomber sous son charme. Mais, que cela va vite quand même!

S’ils sont les bienvenus à Cranford, ce n’est pas le même regard que l’on porte sur le fameux Lord Septimus Ludlow (à la hauteur de ce qu’on avait pu imaginer de lui), dont on a tant entendu parler et qui va finalement daigner venir voir sa mère,  sur l’insistance de Miss Galindo. Trop tard, car Cranford sera aussi touché par la mort, et celle de Lady Ludlow se faisait plus qu’approchante. Elle ne sera pas la seule à quitter Cranford, et le deuil s’abattra donc temporairement sur la ville, ce qui repoussera la venue d’un magicien.

La bonne humeur va vite revenir, et il faut dire que tout du long, l’inimitable Miss Pole participe bien à nous égayer et à fournir une bonne dose de rire, épaulé par la fraicheur de Mrs Forrester. Ce n’est pas tout ce qui va ressurgir, car la menace du train est de retour, mais est-ce vraiment un mal ? Miss Matty va devoir y réfléchir et nous fournir notre premier tour dans l’engin à vapeur, qui secoue un peu, mais dans lequel il y aura une demande en mariage.

Beaucoup d’évènements pour cette première partie d’une heure et demie, que par moment, cela apparaît un peu précipité. On pourrait même se demander s’il y aura autant à dire dans la suite, mais une chose est sûre, on sait déjà qu’il va y avoir un peu de remue-ménage. En attendant la suite, ce fut une première partie possédant tous les ingrédients de Cranford : coloré, émotionnel, doux, drôle, attachant, émouvant, spontané et intelligent.

avatarUn article de .
CaroleC
1 commentaire