CSI : Too old for this sh…

20 Déc 2012 à 8:30

CSI - Saison13

À l’automne 2010, je prenais mon clavier pour célébrer le retour d’Anthony Zuiker sur CSI, car cela s’accompagnait d’une remontée qualitative notable. La célèbre série policière retrouvait alors sa capacité à surprendre et à raconter des histoires sombres et parfois dérangeantes.

Malheureusement, à la rentrée suivante, pour la saison 12, Zuiker a de nouveau quitté le navire, mais la série accueillit Ted Danson, ce qui fit souffler un vent de fraicheur également bienvenu. Une demi-saison s’écoule et c’est Marg Helgenberger qui se retire – remplacée par une Elizabeth Shue peu inspirée. On peut dire que CSI a eu une vie mouvementée ces dernières saisons.

Il a alors fallu attendre que les choses se stabilisent, CBS a même dû pour le coup convaincre George Eads de rester un peu plus longtemps. La saison 13 a donc débuté avec une volonté claire d’entretenir une certaine continuité. Difficile de déterminer si le but est de rassurer les téléspectateurs ou d’aider les scénaristes à se concentrer.

En tout cas, CSI n’est plus vraiment ce qu’elle était. Après tout ce qui s’est passé, les changements de showrunners, d’acteurs, de case horaire et de budget, il est évident que la série devait évoluer, ce qui n’est pas nécessairement négatif.

Malgré tout, il faut bien admettre que le résultat n’est pas non plus le plus positif quoi soit. Le show s’est éloigné de son ton traditionnel, évitant la majorité du temps d’explorer les côtés les plus sombres de Vegas et de ses habitants qui autrefois la rendaient si intrigante. Au lieu de reconstituer des histoires aux travers des preuves, les experts parlent beaucoup plus d’eux-mêmes et utilisent les intrigues pour argumenter leurs propos. Le résultat est bien souvent distrayant, suffisamment pour ne pas agacer, mais pas assez pour donner réellement envie de revenir la semaine suivante.

À l’origine, l’idée de la formule de la série était dans le même esprit que celle de Law & Order, avec avant tout une mise en avant des histoires et non des personnages qui n’étaient que des outils narratifs. Aujourd’hui, il semble que l’on ait sévèrement entamé un renversement, certains protagonistes ayant des scènes familiales et autres développements personnels. Étrangement, cela touche moins ceux qui sont là depuis le début comme Greg et Nick qui s’imposent à présent presque comme des reliques qui nous rappellent ce que la série était il y a des années de cela, à l’époque où Gil Grissom était le garant de cette fameuse formule.

Atteindre 13 saisons, c’est toujours impressionnant. Réellement peu de séries peuvent le faire et je suis convaincu que CSI ira au moins jusqu’à sa 15ème. Moi, je ne vais peut-être pas poursuivre jusque-là. Il est possible que je termine la saison en cours, mais avec sa tendance à ressembler de plus en plus à CSI : NY, la série ne me captive plus, et ce n’est finalement pas récent. A un moment, il faut bien lâcher le morceau et admettre que la routine a ses limites quand la passion n’est plus là.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires