Je viens de regarder le dernier épisode de la saison de Law & Order : Criminal Intent et, vu que c’est probablement le dernier que je verrais, je me suis dit que c’était le bon moment pour parler de la série, ou plutôt, de ce qui ne va plus avec cette série.

Je ne sais pas s’il va y avoir une suite, car il y a plusieurs semaines de cela, un communiqué de presse est apparu pour annoncer la fin, et il a disparu aussi vite. Donc, peut-être était-ce une erreur de manipulation ou peut-être que cela ne devait pas être officialisé si tôt. Quoi qu’il en soit, Criminal Intent n’est plus vraiment elle-même depuis longtemps et l’arrêter pour de bon ne serait pas une mauvaise chose.

Je ne sais pas trop à quel moment on en est arrivé à ce niveau, probablement à la fin de la saison 7, car après ça Goren (Vincent D’Onofrio) ne semblait plus avoir sa place dans la série. Mais même avant, la série avait commencé à perdre son énergie. Le passage d’Alicia Witt au début de cette même saison 7 l’avait bien illustrée. Pas que son personnage, Détective Falacci, était mauvais – au contraire –, mais parce qu’elle était peut-être trop efficace. Son duo avec Logan (Chris Noth) fonctionnait mieux que toutes les autres associations que l’on avait eues depuis quelque temps déjà, nous ramenant une spontanéité que l’on avait oubliée. À ce stade, d’ailleurs, Goren et Eames (Kathryn Erbe) rencontraient déjà des passages à vide, alors que la saison précédente ils paraissaient être les seuls à pouvoir utiliser du bon matériel scénaristique.

Bref, on termine la saison 9, quand même, et celle-ci ne fut pas très enthousiasmante. Je ne blâmerais pas Jeff Goldblum pour cela, car il a fait ce qu’on pouvait attendre de lui, tout comme Saffron Burrows. Ils ont un peu trainé à trouver une bonne dynamique, mais c’est un peu toujours la même chanson. Le problème majeur de cette dernière saison vient de l’aspect soporifique des histoires. Il y en a qui ont quelques twists intéressants, d’autres qui revisitaient les thématiques habituelles de la série en tentant d’insinuer la touche des nouveaux enquêteurs dans le mélange, ce qui fut payant occasionnel (rarement), mais la construction est trop mécanique et légèrement rouillée, sans parler de la mise en forme qui, avec le temps, s’est affadie. Le pire est clairement la bande-son que je n’arrive plus à supporter, en particulier depuis qu’elle est devenue à ce point intrusive et redondante.

Donc, globalement, Law & Order : Criminal Intent n’est plus que l’ombre de ce qu’elle fut. La conséquence tragique d’une formule qui s’est usée plus vite qu’on aurait pu le croire. En fait, le souci premier de la série a été d’être si rapidement dépendante du personnage de Goren. Il est devenu son âme, mais à force de lui tirer dessus, il n’avait plus rien à donner. À partir de là, les scénaristes ont fait comme s’ils étaient dans la série mère, sans se rendre compte que leurs premiers partis pris créatifs étaient certes payants, mais les empêchaient de suivre la même voie que l’originale Law & Order.

Je m’arrête donc là. Fini pour moi les enquêtes de la Major Case Squad.

P.S. : Au moins, le dernier épisode était pas mal.