Morgana tombe dans le coma. Gaius n’arrivant pas à la soigner, Uther accepte l’aide proposé par Edwin, un mystérieux physicien qui arrive justement à Camelot. Ce dernier pratique en fait la magie et cherche à se venger de la mort de ses parents.

Tout commence par un petit peu de magie, comme souvent, et l’on croit que Morgana va être au centre de l’épisode, alors que non, c’est à Gaius que revient cet honneur cette semaine. Le maitre de Merlin est pris dans un conflit moral qui va nous permettre de découvrir un peu plus sur son passé.

Comme il nous l’avait déjà été soufflé, il pratiquait la magie, avant que cette dernière ne soit interdite. On apprend aujourd’hui qu’il connaissait le Dragon et que ce dernier ne semble pas réellement approuver son comportement. Il faut dire que Gaius a aidé Uther à abolir la magie, et cela revient aujourd’hui le hanter.

Edwin, le mauvais magicien de l’épisode, veut, comme Nimueh auparavant, se venger. Ses motivations nous seront exposées à la moitié de l’épisode, nous n’aurons donc pas besoin d’attendre la fin pour tout comprendre, au contraire, et cela nous mènera d’ailleurs à prévoir à peu près tout ce qui se déroulera ensuite.

La chose la plus surprenante de l’épisode est que Merlin est très en retrait. Certes, il se comporte comme d’habitude, plein d’énergie et toujours prêt à tout pour faire ce qu’il croit être bon, mais même face à Edwin, il semble plutôt effacé. Le plus surprenant étant qu’il apprend assez tôt que ce dernier détient des pouvoirs, et qu’il ne s’enthousiasme pas réellement plus à l’idée de pouvoir en apprendre bien plus de lui. Non, même si l’on voit que la perspective l’enchante, il ne semble pas y porter de réel intérêt par la suite.

À part ça, Uther nous donne un nouvel aperçu de ses limites. Le personnage est définitivement bridé et rien ne pourra, vraisemblablement, le rendre moins obtus. C’est un poids mort pour la série qu’il serait bon de faire évoluer, à défaut de s’en débarrasser, car ce type de série n’est pas trop enclin à ce genre de chose en mi-saison, mais sait-on jamais, pour la fin…

Bref, le résultat final n’est pas franchement ce que la série a fait de mieux jusqu’à présent, principalement car c’est assez prévisible – comme souvent – mais ce n’est surtout pas assez fun pour occulter ça. L’ennui était proche et si l’on a peu de sympathie pour Gaius, on risque de le sentir plus fortement.