Merlin se fait attaquer dans la forêt par un Griffon. Sauvé de justesse par Lancelot, il va lui rendre l’appareil en l’aidant à devenir Chevalier de Camelot. Sa ruse ne va pas durer et le nouveau compagnon de combat d’Arthur va être rapidement destitué, alors que le monstre revient frapper le château.

Merlin joue encore avec les légendes arthuriennes, mais arrivé à ce niveau là – 5 épisodes seulement – il est assez clair que rien ne sera fait pour améliorer l’état déplorable de la fidélité à l’histoire originale. À ce point, donc, on n’a que faire que Lancelot débarque de nulle part, joué par Santiago Cabrera, pour devenir un chevalier.

L’épisode commence par une scène de combat assez douteuse. Pas que le Griffon soit mal fait, non, ce sont les raccords avec ce qui n’est pas numérique qui clochent. Peu importe, nous avançons pour entrer dans les dernières manigances irresponsables de ce brave Merlin, toujours enclin à faire le bien, mais sans penser aux conséquences de ses actes. Voilà au moins un trait de caractère qui est bien établi.

Lancelot est un personnage que l’on pourrait presque qualifier de « typique » pour un gentil de la série. En 5 épisodes, les codes sont déjà bien installés. Il ne va pas se révéler très intéressant, mais ce ne sera pas vraiment le seul. Uther qui s’obstine dans ses réactions répétitives, inchangées depuis le pilot, commence à devenir un véritable outil que les scénaristes ne cessent de brandir quand il s’agit de ralentir le dénouement de l’action. S’il ouvrait les yeux et acceptait que la magie à un rôle à jouer, les choses se passeraient de manière plus souple pour le jeune magicien. Mais non, et celui-ci doit éternellement ruser pour : 1/ faire ses bêtises, et 2/ les réparer.

L’intrigue de l’épisode est donc prévisible d’un bout à l’autre, mais le divertissement n’est pas pour autant absent, car il est toujours marrant de voir Merlin s’extasier de ses propres accomplissements. Certes, l’ensemble se montre parfois puéril, mais la série a maintenant bien installé son ton, et s’en étonner encore serait un peu désolant.

Pour finir, même si lui aussi commence à se répéter, Arthur se révèle être un personnage intéressant qui à un potentiel bien réel. Entre ses convictions, son code de conduite, ses conflits et l’influence de Merlin, il y a de quoi construire une véritable évolution pour lui.

Cet épisode a donc une histoire assez faible, mais fournit ce qu’il faut pour que l’on n’ait pas le temps de s’ennuyer. Lancelot reviendra certainement prochainement, et espérons qu’il aura gagné en épaisseur, ce qui ne sera pas trop difficile.