Merlin - Lancelot and Guinevere (2.04)

Lady Morgana et Gwen se font capturer, mais quand la fille adoptive de Luther s’échappe, les brigands n’ont pas d’autres solutions que d’obliger la servante à faire croire qu’elle est sa maitresse dans l’espoir que quelqu’un paie une rançon. Arthur et Merlin partent alors à sa recherche.

Comme nous l’avions déjà compris, l’amour grandissant entre Arthur et Guinevere va être au centre de la saison, et ce dernier épisode nous l’illustre encore plus. Et c’est plus qu’évident pour n’importe qui cherchant à saisir ce qui se passe, car un homme comme Arthur ne risquerait pas sa vie pour n’importe qui, surtout pas une servante, même aussi loyale que Gwen. Pour dire, même Merlin le comprend.

En attendant, elle est prisonnière et elle va retrouver ce bon vieux Lancelot (cf. 1.05 – Lancelot)qui a un peu perdu sa route depuis la dernière fois qu’on l’a croisé. Ça tombe plutôt bien, car il est toujours amoureux de Gwen et va donc tenter de l’aider à s’échapper, revenant ainsi sur le chemin qui devrait le mener à devenir un grand chevalier.

On a dès lors à faire avec un trio amoureux qui trouvera probablement un moyen de s’étendre dans un futur plus ou moins lointain. Pour le moment, la situation sert surtout à dramatiser sur les relations impossibles des personnages. De ce plan-là, Merlin à de quoi se sentir plutôt tranquille, même s’il se retrouve alors à devoir rentrer à pied. D’ailleurs, dès le départ, on peut se demander pourquoi Arthur s’obstine à emmener avec lui un incompétent comme Merlin qui, quand il ne s’agit pas de magie, ne se révèle pas très adroit.

Mais bon, il sert l’aspect comédie et divertissement pour les plus jeunes, nous rappelant de manière pas forcément très fine à qui s’adresse le programme. Cela a tendance à toujours faire naitre des regrets chez moi, car je suis persuadé que la série gagnerait énormément à se débarrasser de son côté infantile, mais ça ne se produira pas, il faut bien se faire une raison.

Entre drame amoureux, coups d’épée, rats géants mangeurs d’hommes et maladresse comique digne de Merlin, l’épisode délivre son lot d’action, de danger et de sentiment avec parfois un peu de légèreté. Je n’accroche pas à la relation entre Lancelot et Gwen, mais elle trouve un certain sens qui permet à l’intrigue d’être cohérente. L’ensemble est donc de bonne facture pour un épisode de Merlin.