Merlin - Sweet Dreams (2.10)

Des pourparlers de paix ont lieu à Camelot lorsque des dignitaires de royaumes rivaux arrivent. Le roi Alined est déterminé à empêcher le traité de voir le jour, et pour s’assurer succès, emploi la magie.

Avant que les choses sérieuses ne se mettent en place pour la fin de saison, Merlin s’offre de nouveau un épisode comique. Chance pour nous, celui-ci se révèlera vraiment drôle !

Les rois de différents royaumes se retrouvent à Camelot pour négocier la paix. Parmi eux, le vil Alined (David Schofield) ne souhaite aucunement voir les pourparlers être menés à terme. Pour se faire, il n’est pas venu seul, mais avec son propre magicien, Trickler (Kevin Eldon). Ce dernier a pour mission d’enchanter Arthur et de le faire tomber éperdument amoureux de Lady Vivian (Georgia Moffett), la fille du roi Olaf (Mark Jones). Tout ceci dans le but de semer la discorde.

Lady Vivian est au départ tout simplement exécrable et arrogante et Arthur n’est aucunement intéressé par elle. Les premières formules récitées, et le voilà à vouloir déclarer sa flamme, qu’importe que cela ne déplaise à Uther. Le roi de Camelot a un magicien devant lui ou un fils ensorcelé et il n’y voit que du feu ! Merlin, pour le coup, a du pain sur la planche, devant se charger de trouver comment désenvoûter Arthur qui court après sa belle.

L’opportunité est donc offerte à Bradley James de réellement montrer sa capacité à faire rire, et il va être aidé dans cette tâche par des dialogues complètement stupides, mais tout bonnement efficaces. Éperdu d’amour pour Lady Vivian, un air à moitié béat et ridicule illumine son visage, et la situation devient encore plus survoltée quand la demoiselle en question, normalement insensible à Arthur, est à son tour enchantée.

Pour tenter de donner un peu de profondeur aux évènements, quelques quiproquos avec Gwen se mêleront à cet amour magique, histoire d’officialiser, au bout de la route, les sentiments de chacun pour l’autre. Cela, nous le savions déjà, et le ton sérieux de Gwen a grande difficulté à trouver sa place entre une Lady Vivian la bouche en cœur, un Arthur chevaleresque et le rire moqueur du Great Dragon !

Merlin n’a pas toujours bien réussi ces épisodes comiques cette année, mais Sweet Dreams sort du lot en fournissant de véritables moments de comédie, servi par un casting plutôt en forme, et une progression travaillée de l’intrigue en place.