Arthur apprend que la visite de Lord Godwyn et de sa fille, la princesse Elena, n’est pas anodine, car son père a arrangé un mariage pour lui. Merlin découvre que la servante d’Elena est une fée et que la princesse ignore qu’elle est possédée. Avec Gaius, ils doivent agir avant la célébration du mariage.

Nous continuons l’alternance d’épisodes sombres et dramatiquement chargés avec d’autres orientés sur la comédie.

Cette fois, on se retrouve avec une nouvelle future reine qui n’est pas ce qu’elle parait être. Heureusement, on ne va pas nous rejouer Beauty and the Beast, car le sort de la princesse Elena est légèrement plus compliqué et bien moins ridicule que ne l’était les machinations de Lady Catrina.

On nous ressort cependant l’humour presque de mauvais gout, comme si montrer une princesse en train de roter était une bonne source de comédie, alors que les réactions d’Arthur et Merlin sont largement plus efficaces sur ce plan-là.

Toute l’histoire possède donc une tonalité plutôt légère, on notera d’ailleurs que Gaius participera lui aussi à cela (ça devient une bonne habitude). Le fait est que le sujet du mariage va quand même apporter un peu de sérieux, car comme ça a été remis en avant durant les derniers épisodes, l’amour impossible entre Arthur et Gwen est toujours aussi fort.

L’enjeu principal n’est donc pas vraiment l’affaire qui pousse Merlin et Gaius à courir dans tous les sens, mais savoir comment le futur Roi de Camelot pourra se sortir de la mauvaise situation dans laquelle son père l’a placée. Et sur ce plan, toute cette histoire souffre vraiment du modernisme ambiant qui tend à régulièrement renier les coutumes de l’époque médiévale. On nous parle d’amour alors qu’il est question d’alliance de pouvoir. Les sentiments ne devraient pas entrer en compte, mais dans un souci de dramatisation évident, Uther ne prend pas le temps de rappeler à son fils ses devoirs.

The Changeling a donc une histoire qui se focalise trop sur ses effets et pas assez sur la logique – la crédibilité n’est même pas proche d’être discutée à ce point. Malgré ce bémol, l’humour et l’action sont vraiment bien dosés, ce qui permet à l’épisode de délivrer une dose de divertissement plutôt réjouissante. Les plus gros pièges sont esquivés et une certaine modération évite que cette saison ne reproduise les erreurs de la précédente, ce qui est clairement une très bonne chose.