Quand Arthur tue une licorne au cours d’une chasse, une malédiction s’abat sur Camelot, apportant faim et misère. Cet évènement signera-t-il la fin de la cité ?

Le futur roi de Camelot est fier de lui : il a tué une licorne, cette bête mystique et magnifique. Seulement, voilà que la misère s’abat sur son peuple, et que son père Uther, qui était pourtant content des exploits de son fils, voit la nourriture et l’eau disparaître des terres. Licorne, certes, mais si c’est pour que tout le monde meure de faim, on est moins enclin à dire à la descendance qu’elle a bien agi.

Merlin sait qu’il se trame quelque chose de magique, et, avec Arthur, ils vont rencontrer Anhora (Frank Finlay), le protecteur des licornes. Ainsi, pour cet odieux crime, le tueur doit payer sa dette, et passer des épreuves. Les échecs entrainent encore plus Camelot dans la misère et finira par tuer tout le monde… Il n’y a plus qu’un rat à consommer, et la magie de Merlin est inefficace. Que va bien faire Arthur ?

C’est donc la bravoure et l’intégrité d’Arthur qui est mise à rude épreuve. Il doit se montrer digne, où alors Camelot finira pas disparaître. Sans peuple, il n’y a plus de ville. Merlin ne sera pas le sauveur de la situation, ici, il s’agit de montrer le sens du sacrifice de notre héros, ainsi que les liens qui l’unissent à son ami. Arthur n’est pas un roi égoïste, il pense aux autres avant de se préoccuper de lui. Il semble aussi s’éloigner tout doucement de son père, bien que la séparation soit pour le moment peu visible.

Ce n’est pas un mauvais épisode de Merlin qui nous est servi, même si tout ceci parait plus être prétexte à mettre Arthur dans une certaine position pour prouver qu’il sera définitivement un bon roi. La principale force ici se révèle être sans grande difficulté la relation qui unit Arthur à Merlin, un des éléments les plus forts de la série.

The Labyrinth of Gedref nous offre notre dose de magie, sans pour autant réussir à se démarquer du lot.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire