Nimueh va pousser Merlin à boire dans un calice empoisonné. Il tombe très malade et seule une plante rare peut le sauver. Contre les ordres de son père, Arthur part à la recherche de l’antidote, mais Nimueh n’est pas loin…

Nimueh n’a donc pas tardé à revenir. Cette fois, elle a monté un plan un peu plus logique, et même légèrement plus complexe. Elle connaît son ennemi et compte profiter pour faire d’une pierre deux coups en se débarrassant par la même occasion d’Arthur. Le tout, en poussant Camelot dans la guerre.

Malheureusement pour elle, même malade, Merlin a encore quelques ressources, et, de manière bien surprenante, Gaius a plus d’un tour dans son sac niveau magie.

Il y a toute une histoire insinuée derrière la sorcière, quelque chose qui touche aussi bien Arthur et son père que Gaius. Bien entendu, on ne nous révèlera pas grand-chose de concret, seulement qu’il y eut des contacts rapprochés avec elle par le passé et qu’aujourd’hui, elle n’a plus la même apparence, ou du moins, ils ne la reconnaissent pas – surement à cause d’un sortilège maléfique.

Bref, l’histoire tourne principalement autour d’Arthur qui échange son rôle avec celui de Merlin et devient le sauveur. Tout ceci est très noble de sa part, assez éloigné du « petit con » qui nous était introduit dans le pilot. D’ailleurs, depuis cet épisode, il s’est montré digne de son rang, allez savoir pourquoi son introduction a été faite ainsi.

Nous avons donc un peu de mystère, de la balade en forêt, avec des monstres mythiques, une grotte habitée par des araignées mortelles et de la magie. Un cocktail qui illustre bien le fait que Merlin embrasse son statut de série de fantaisie, sans prendre la peine de relativiser, une qualité bien anglaise.

Côté divertissement, on a donc tout ce que l’on peut demander à la série, ce n’est pas forcément le cas pour les personnages. Certes, Gaius se révèle un peu plus intéressant qu’il n’y paraissait, et si Arthur montre une certaine complexité forcée par ses obligations envers sa patrie, on ne peut pas dire que Gwen ou Uther aient beaucoup d’intérêts. Les personnages restent assez basiques, jouant sur la même corde depuis le début, et ne fournissant que ce que l’on peut en attendre, voir moins. Pour Morgana, c’est assez difficile à cerner dans le sens que sa place dans la série est assez fluctuante, entre une totale inutilité et un probable rôle à jouer dans l’histoire, elle semble par moment de trop, même si l’on peut s’imaginer, souvent à tort qu’elle va se révéler autre.

Donc, si cet épisode ne souffre pas trop encore de ce type de carences, il est certain qu’à l’avenir, les personnages vont devoir devenir plus consistants pour ne pas faire sombrer la série.