Merlin revient à Camelot avec l’aide du dragon, devançant les hommes du Roi Cenred qui viennent assiéger le château. Morgause compte sur sa sœur pour apporter l’avantage nécessaire afin de remporter la bataille.

Comme toujours, Merlin surprend ses ennemis en ressortant vivant de sa dernière mésaventure. Heureusement, car il sera l’élément clé qui permettra à Camelot de ne pas tomber dans les mains de l’ennemi.

L’issue de la bataille est prévisible, mais il faut avouer que le roi Cenred n’est pas très combattif et se retirera au premier signe de faiblesse de sa stratégie qui reposait sur les épaules de Morgana.

Et c’est de cette dernière qu’il est vraiment question ici. Elle va de nouveau faire face à Merlin, ne lui cachant plus sa véritable nature et lui expliquant ses motivations. Bien entendu, elle est persuadée qu’il ne peut pas comprendre, car il n’a pas de magie en lui. C’est le genre de moment où l’on s’attend à ce que le jeune magicien révèle sa véritable nature, mais n’en fait rien. C’est légèrement frustrant, surtout que Morgana ou Morgause aurait pu le deviner, comment aurait-il pu survivre jusqu’ici autrement ?

Quoi qu’il en soit, cet épisode ne va pas se résumer à des affrontements entre magiciens, car il va nous servir de la bataille pendant une grande partie de l’épisode, Camelot étant pris d’assaut. De ce côté-là, ce n’est pas toujours très logique, mais on peut facilement fermer les yeux sur les détails et apprécier le spectacle.

En tout cas, il y a clairement de l’ambition cette saison et elle s’exprime dès le départ avec cette histoire aux enjeux majeurs qui pousse Arthur en dehors de sa zone de confort et qui impose à Merlin une ennemie de taille. Le dragon le prévient, elle pourrait être sa perte et il est clair que cette menace constante planera sur le jeune magicien d’ici à ce que Morgana soit démasquée. Ça ne risque pas d’arriver immédiatement, car comme le constatent Gaius et Merlin, le roi a un don pour ne rien voir.

Uther, justement, avant de conclure, a montré qu’il n’était pas fini ou, plutôt, qu’Anthony Head pouvait avoir du matériel qui lui offrait la possibilité de ne pas être simplement ridicule. Il serait bien que ça continue ainsi pour lui, tout comme pour la relation entre Merlin et Arthur qui se montre une fois de plus comme un élément fort de la série.

Cette seconde partie ne déçoit pas, délivrant du suspens, de l’action, du danger, et une légère pointe d’humour qui tempère le tout et permet à la série de ne pas perdre sa légèreté. Cela ouvre la saison avec panache et on peut espérer que la suite sera du même calibre.