Primeval - Series 3, Episode 1

Cutter et son équipe ne se sont toujours pas faits à la mort de Stephen, alors qu’une créature ressemblant à un Dieu égyptien fait son apparition dans le British Museum.

Nick Cutter est traumatisé par la mort de son ami Stephen, et pour cette raison, il s’est laissé pousser les cheveux. Il ne sait plus où vit son coiffeur, il est trop assailli par les vieux souvenirs, et l’équipe de branquignoles qui l’accompagnent ne l’aide pas à mettre le passé derrière lui.

The ARC a perdu son chasseur, et y gagne un nouveau chef de la sécurité, le Captain Becker, dont le travail est d’assurer la survie de ces « amateurs who just happen to be brilliant at what they do», comme le dit si bien Sir James dans son costume italien. Sur le coup, on s’imagine que ce nouvel homme n’est pas là que pour faire beau dans le décor. Cette activité, Stephen le faisait très bien, alors difficile de le faire oublier, surtout quand son nom revient si souvent et que Becker a aussi peu de lignes de dialogues. Deux secondes d’introduction le rendant intéressant, 40 minutes d’effacement total.

L’équipe au grand complet se retrouve, après une alerte, au British Museum, d’où a jailli un crocodile géant, et où l’on croise encore dans les couloirs Sarah Page. Bien sûr, en toute logique, Cutter lui demande son nom, mais oublie de dire aux trois pauvres mecs armés qui l’accompagnent de surveiller la belle demoiselle, sait-on jamais. Alors, elle se barre en courant, pour un petit tête-à-tête avec la créature préhistorique, et ainsi, avoir une révélation : oh mais c’est un Dieu Égyptien. Quelle belle mise en place ! On a sorti la spécialiste, les grosses statues, les trois lignes de codes, histoire de voir émerger ici « a pattern ». Heureusement que Cutter est là pour réfléchir, autrement, on n’avancerait pas.

Le crocodile, pendant ce temps-là, il est parti manger, comme Sir James, qui va rencontrer Christine Johnson, qui semble être devenue, sans qu’il ne le sache, sa nouvelle supérieure directe. Elle est déjà louche, elle envoie des hommes à la mort pour récupérer des artefacts. Et si, on n’était pas déjà suffisamment suspicieux, Helen (qui est la seule à avoir une progression dans ses choix capillaires) court après le même objet, et fait mieux : le récupère.

Introduction de nouveaux personnages, de nouveaux enjeux, et surtout, un seul coup de pied d’Abby (ouf !) pour une intrigue quelque peu risible, et une entrée en matière un peu mollassonne. Primeval est bel et bien de retour.

avatarUn article de .
CaroleC
1 commentaire