Primeval - Series 3, Episode 10

L’équipe se sépare pour faire face aux menaces. Danny, Abby et Connor traversent l’anomalie les menant dans notre futur apocalyptique dans le but de stopper Helen, alors que Becker et Sarah restent pour s’occuper de l’anomalie se trouvant dans les locaux de Christine.

Primeval arrive à la fin de sa troisième saison, avec un épisode bourré de petites choses ridicules comme seule la série sait le faire, d’une bonne dose d’action, et d’un peu de n’importe nawak.

Notre fine équipe se sépare pour poursuivre Helen. Qu’est-ce qu’en pensent James et ses supérieurs ? On s’en fout, ils ne sont pas là. Et puis, surtout, n’appelons pas les renforts, sait-on jamais ils pourraient être utile (ne serait-ce que pour se faire bouffer). Alors, voilà que Danny, Abby et Connor vont dans le quartier apocalyptique pour retrouver Helen Cutter, qui a déraillé total, il y a déjà bien longtemps. C’est juste qu’elle est passée à la vitesse supérieure depuis la mort de Stephen. Helen, chère Helen, a un plan : détruire l’humanité pour sauver la planète bleue. La demoiselle, on ne lui a pas expliqué, que bah, ce n’était pas une science précise, et que la théorie de l’évolution, c’est bien, mais que l’homme, il n’a pas fini de creuser, et que pour le moment, c’était quelque peu imprécis sur la courbe temporelle. L’ex-Madame Cutter, elle n’en a rien à faire, elle veut éliminer le berceau de l’humanité. So be it !

Pendant ce temps-là, on a trouvé une occupation à Becker et Sarah Page. Oui, car au début, on se demande limite ce que c’est l’excuse bidon trouvée pour les laisser derrière. Puis, on réalise que c’est réellement une excuse bidon. Les voilà alors à être poursuivis par nos gros insectes du futur, toujours sans renforts. Franchement, à quoi cela sert-il, je vous le demande, quand on a juste un flingue pour buter au moins 3 ou 4 créatures plus grosses qu’une maison ? Au moins, c’est mouvementé, et il faut reconnaître à Becker d’être plutôt débrouillard, ce qui, dans son travail, est une grande qualité.

Alors, ils sont saufs (ouf !) et ils retournent à l’anomalie pour la rouvrir, et attendre les 3 autres lascars. Ces derniers ont décidé, sans aucun plan, de poursuivre Helen. On traverse une anomalie, puis une seconde pour Danny, après avoir laissé derrière lui Connor et Abby. Il faut aller sauver l’humanité, c’est ultra important. Avec lui, il emmène un bébé velociraptor. Détail ultra important, car, alors qu’Helen est décidée à éliminer nos ancêtres, le dinosaure, il va lui faire la peau. Dans une scène d’une durée de 1 minute maximum, Helen meurt, et l’espèce humaine est sauvée. Ouf ! Et pas ouf ! Le premier, car le problème est résolu et elle est morte ! Enfin ! Le second, car franchement, c’est quoi ce délire ? Pas de gros affrontement ? Même pas de scène à l’impact émotionnel fort. On ne peut pas dire que cela soit intense. L’existence est bourrée d’accidents, et finalement, il vaut mieux le voir ainsi : Helen a été victime des aléas de la vie.

Danny va l’être aussi, car il va arriver trop tard, l’anomalie se referme, et il est bloqué sur la Terre à une époque bien lointaine.

Pour ce final, tout le monde est un peu éparpillé partout : Sarah et Becker à notre époque, Connor et Abby a une autre, et Danny, encore plus loin sur la courbe temporelle. Difficile de se dire que c’est le dernier épisode, car on ne le ressent pas trop. Il y a une sensation d’inachevée assez étrange. Comme si nous venions d’assister à un cliffhanger au milieu d’une saison, et non d’une fin. De toute façon, il faut se faire une raison, c’est ainsi que s’achève cette troisième saison de Primeval.