Primeval - Series 3, Episode 4

Alors que l’équipe doit s’occuper d’un giganotosaurus, ils doivent aussi empêcher le journaliste Mick Harper de dévoiler la vérité.

Alors que l’équipe se remet à peine de la mort de Nick Cutter, Jenny Lewis assure l’intérim, tandis que James Lester doit trouver un remplaçant et que Connor a enfin mis au point son appareil pouvant bloquer les anomalies et empêcher les gros dinosaures et autres espèces venues d’ailleurs de faire un tour sur la Terre.

A l’aide d’une ou deux scènes, le mystère autour de Christine est amplifié. On ne sait pas ce qu’elle traficote, et surtout quelles sont ses intentions, et les informations nous viennent au compte goutte. Comme la construction narrative est similaire à celle de la saison dernière, on peut imaginer sans grande difficulté que tout ceci servira pour le season finale.

Pendant ce temps-là, le journaliste Mick Harper, qui a fait sa première apparition la semaine dernière, continue de suivre Jenny Lewis. Chance pour nous, il fait ici, avec sa supérieure, sa dernière scène, en y passant lamentablement, mais quand même écrasé par un giganotosaurus. On élimine ainsi un problème, qui n’apportait strictement rien à la série.

Avant d’en arriver là, Jenny Lewis, Becker et Connor travaillent, et si l’absence de Nick Cutter se fait un peu ressentir, on ne peut pas en dire autant des autres personnages qui ne font quasiment rien. L’équipe a besoin d’un homme compétent, et c’est là que Danny Quinn entre en scène. Il n’a pas froid aux yeux, et pour s’occuper des grosses bêtes aux dents acérées, the ARC a plus que besoin d’un homme comme lui. Mais, il ne va pas intégrer l’équipe tout de suite, Jenny ayant plus envie de l’arrêter que de l’exploiter.

Quoi qu’il en soit, nous avons quand même le droit à pas mal d’action, et l’intervention de Quinn offre sans conteste du dynamisme, ce qui manque quelque peu à la série depuis sa reprise. On est encore victime d’étirements en longueur, devant nous mener jusqu’aux pauses publicitaires, ainsi que d’un scénario somme toute très prévisible dans ses rebondissements, mais l’épisode se révèle de bien meilleure facture que les précédents. Il n’y a alors qu’à continuer sur cette lancée.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire