Abby se voit offrir un travail au sein de l’ARC, alors que Connor, sans emploi, décide de rendre visite à son ancien ami Duncan pour découvrir que ce dernier enquête sur des disparitions de sans-abri.

Après une reprise bancale, Primeval fournit un second épisode qui remplit plus les attentes – comprendre qui se montre bien plus à la hauteur de ce que l’on peut attendre de la série.

Connor et Abby sont donc revenus, et ils doivent maintenant retrouver leur place dans l’équipe. Pour ce faire, il faut d’abord qu’ils obtiennent un poste, ce qui n’est pas gagné au vu des nouveaux critères de sélections ne tenant pas réellement compte de leur expérience passée. Dans le cas d’Abby, Lester parvient à lui fournir un emploi qui n’est pas sur le terrain, mais c’est mieux que rien.

Cette mise en place a lieu après la scène d’introduction où une femme finit par balancer dans les toilettes un petit dinosaure qu’elle a trouvé dans sa salle à manger ! Un séjour l’envoyant dans les égouts, où il pourra grossir et s’épanouir avant de finir par bouffer des gens (forcément !). En tout cas, le passage mérite largement d’être souligné, ne serait-ce que pour son côté à la fois banal (la femme se préoccupant peu de ce qu’elle vient de trouver) et incongru.

Quoi qu’il en soit, le retour à notre époque vient avec quelques contraintes pour Connor et Abby, et le jeune homme sans boulot doit tenter de trouver un appartement pour le couple – qui finira en colocation avec Jess, une façon de pouvoir donner une place plus grande à la demoiselle dans la série.

Rapidement, Connor retrouve son ancien ami Duncan avec qui il trainait en saison 1, qui s’est mis en marge de la société suite à ce qui est arrivé à leur camarade Tom et à sa croyance en une conspiration et en l’existence des créatures. L’idée permet de faire un parallèle sur le chemin parcouru, surtout que Connor s’obstine à nous rappeler qu’il veut poursuivre les travaux de Nick Cutter – nous renvoyant irrémédiablement au début de la série. Le jeune homme a fait du chemin (Duncan aussi !), mais la nature première du personnage n’a clairement pas été perdue en cours de route. Malgré le temps passé, le duo a toutes les raisons d’exister malgré des raccourcies rapides pour les lancer sur la piste d’une créature, cette dernière entrainant alors le retour de l’ARC dans l’intrigue.

De cette façon, il faut reconnaître que l’équipe (non officielle à ce stade) trouve un moyen d’expression. Chaque protagoniste se voit l’opportunité d’être connecté aux autres, ce qui est surtout essentiel pour Matt et JessConnor, Abby et Becker se connaissant. Ainsi, la colocation avec Jess, ainsi que son béguin pour Becker, si ce n’est pas subtilement écrit, sont deux pistes d’exploration non négligeable, tandis que Matt parvient aisément à fonctionner avec le couple – cherchant à s’assurer leur protection et leur présence près de lui. Philip Burton est quant à lui présent de façon à ce qu’on n’oublie pas son existence, vu que rien de concret ne lui a encore été fourni.

L’épisode nous offre d’ailleurs encore une scène entre Matt et son mystérieux interlocuteur, jouant définitivement la carte minimale à l’heure actuelle, cherchant sûrement à titiller la curiosité. Le procédé n’est pas trop ennuyeux, mais il ne faudrait pas qu’il s’étale trop sur la durée.

À l’arrivée, c’est un épisode mieux construit et plus fluide qui nous est offert, relançant véritablement la série sur la bonne voie.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire