Robin Hood – Do You Love Me ? (3.06)

Prince John vient en visite à Nottingham, Robin et ses amis tentent de lui voler l’or qu’il va utiliser pour payer les nobles de la région. John confie à Guy une mission : tuer le Shérif.

Prince John débarque donc à Nottingham et il est plutôt… dérangé. Autant le dire tout de suite, dans le genre légèrement allumé, le Shérif a du souci à se faire. Toby Stephens nous incarne un Prince qui désire qu’on reconnaisse en lui le nouveau Roi, mais pire, il veut que tout le monde l’aime. Malheureusement, il exige aussi le respect et pour lui, obtenir les deux peut passer par mettre le feu à une église dans laquelle il a fait enfermer des villageois venus célébrer un mariage.

Étrange façon de faire qui nous montre bien que là où le Shérif est purement méchant, lui, le John, est également dérangé.

Pour Robin, le passage du traitre est une bonne opportunité. Lui voler son or mettra un coup de frein à ses affaires. Malencontreusement, durant la bataille, Kate est blessée. Notons que nos compagnons de la forêt semblent enfin sortis de leur éternelle routine qui les envoyait visiter la prison du château. Ce n’est pas un mal, mais il fallait une variante, forcément, et c’est Kate qui prend.

Tous les plans, que ce soit ceux de Robin, de Gisborne, du Shérif ou du Prince sont prévisibles d’un bout à l’autre, mais il faut reconnaitre que John apporte une certaine énergie et que cela est plutôt payant. Ça bouge dans tout les sens, et on trouve même le temps de nous installer définitivement Isabella dans le rôle de la nouvelle Marian. C’est un peu regrettable que ce soit fait si vite, mais bon, la série n’a jamais tenté d’être subtile, du coup, autant y aller directement, ça évite que l’on tombe dans le grotesque.

Pour finir, le Shérif et Gisborne sont partis pour s’entretuer. Ils vont chacun leur tour tenter leur chance, jusqu’à l’affrontement final – qui aurait gagné en intensité s’il n’avait pas été mis en parallèle de la supercherie de Robin. Gisborne est enragé et le shérif se montre, pour une fois, moins caricatural, tout en restant honnête avec ce qu’il est. L’un deux sera laissé pour mort, petit twist final sans surprise qui annonce un comeback futur tonitruant.

En attendant, nous avons là un épisode plutôt divertissant qui, comme toujours, aurait bénéficié à être légèrement plus subtil, surtout que par moment, on nous laisse des pancartes vraiment trop grosses – au sens figuré bien sûr. John semble être un ajout pertinent qui peut tout de même emmener la série encore plus bas s’il se répète trop. À voir, donc.