Skins – Cook (4.03)

Après avoir violemment tabassé un garçon dans l’épisode précédent, Cook se retrouve en prison. Contre les conseils de son avocat, il plaide non coupable et est ensuite relâché. Il est forcé de vivre avec sa mère et doit porter un bracelet électronique.

Cette series 4 est clairement celle de l’approfondissement des personnages. L’année passée n’était qu’une (longue) introduction et on exploite enfin la richesse et la complexité des protagonistes. Cook en est un très bon exemple.

Je n’ai jamais vraiment aimé Cook. Il représentait pour moi tous les défauts de la série, il est vulgaire et trop excessif pour être réaliste et encore moins subtil. Mais cet épisode a changé ma perception de l’ado révolté. On commence par Cook en prison, on se demande comment on n’en est pas arrivé là plus tôt. Et, comme à son habitude, il n’en fait qu’à sa tête et n’écoute pas son avocat commis d’office – qui se rend bien compte du « moron » auquel il a affaire.

Mais on bascule assez vite en terrain inconnu, lorsque le jeune part vivre chez sa mère. On n’avait pour l’instant rencontré que son père, qui était le même mais en plus âgé. Ici, on découvre un pan de sa famille dont on ne savait rien : sa mère est une artiste excentrique très riche et il a un petit frère! On a à présent une vue d’ensemble du personnage et ça aide à mieux comprendre ses actions – voire pour les plus généreux à compatir.

Sa relation avec son petit frère est touchante, bien que classique. Le garçon prend son aîné pour modèle et ils vont finir par fuir le foyer familial ensemble. Il est évident que Cook tient à son frère; et même s’il s’y prend mal, il cherche à le protéger. Il l’éloigne de sa mère alcoolique et égocentrique, mais lui apprend aussi à ne pas être une mauviette et à ne jamais être désolé. Car c’est ainsi que Cook voit le monde: c’est chacun pour sa peau.

Au final, Cook part en virée avec le petit, l’entraînant ainsi dans sa spirale de destruction et de chaos habituelle. Il voit soudain son reflet dans son cadet et un déclic s’opère. Mais plus que ça, c’est un enchaînement de plusieurs conversations dispersées qui vont le mener à changer d’attitude : Naomi se révèle une amie inattendue, il comprend qu’il a blessé JJ et c’est Freddie qui lui dit qu’il peut tout arrêter s’il le veut.

Dans cet épisode, on voit Cook se débattre avec ses démons: une mère qui n’en a rien à faire de lui, des amis qui lui en veulent, Effy qui aime Freddie et une culpabilité refoulée de la mort de Sophia.

La scène où il craque face à son avocat nous le montre sous un jour inédit. Au fond il n’est qu’un petit garçon apeuré qui a été forcé d’affronter la dureté du monde trop tôt.

La fin est optimiste, ce qui est assez rare pour Skins. Bien sûr, Cook est envoyé en prison, mais il a confessé avoir vendu la drogue à Sophia, sans impliquer Naomi. C’est comme un nouveau départ et ses amis sont là pour le soutenir, on retrouve un vrai sens de groupe comme avec la première génération.

En un épisode, Cook aura finalement fait beaucoup de chemin et on suit avec plaisir sa route vers la rédemption. Ce début de series 4 est une vraie réussite.

avatarUn article de .
1 commentaire