Skins – Emily (4.02)

Après s’être faite interroger par la police, Emily apprend que c’est Naomi qui a vendu à Sophia de la drogue le soir de sa mort. En menant l’enquête, elle se rend compte qu’elles étaient peut-être plus liées que ce que Naomi laisse entendre.

Il faut tout d’abord noter que contrairement à l’année dernière les jumelles Fitch sont traitées dans deux épisodes différents. Voici donc le Emily-centric de la saison. La rousse a toujours été touchante et sympathique et on sent qu’elle a vraiment mûri depuis ses débuts. Sa relation avec Naomi lui a donné de l’assurance. La première scène est le symbole de son épanouissement: elle se balade dans la maison en culotte, parfaitement à l’aise dans son corps. Elle est interrompue par un facteur voyeur (une métaphore du spectateur?).

On passe ensuite à Naomily dans un lit pour une des rares scènes joyeuses de l’épisode. On le sait maintenant dans Skins il ne peut y avoir de grande histoire d’amour sans cœur brisé. Les deux filles vont devoir affronter des obstacles à la fois externes et internes.

Il y a d’abord la famille d’Ems. Comme on le savait depuis la saison dernière, la mère de la rousse désapprouve le choix de sa fille et ne croit pas qu’elle est vraiment lesbienne, pour elle tout ceci n’est qu’une phase. Ce n’est pas révolutionnaire comme approche, mais ça reste juste. Emily lui tient tête jusqu’à s’installer vivre avec sa copine. C’est aussi l’occasion de revoir Katie, affublée d’un petit copain des plus grotesques. La relation entre les deux soeurs a toujours été pertinente, elles semblent ne pas se comprendre et pourtant partagent un lien particulier. Katie lui demande d’ailleurs de ne pas la laisser seule dans leur langue de jumelles.

Mais Emily a beaucoup à faire, car elle se met à enquêter sur la vie de Sophia. Là, ce n’est pas très crédible: comment se fait-il que la police n’ait trouvé aucun de ces indices? La piste remontant jusqu’à Naomi est assez facile à suivre. Malgré cela, on observe en passant une famille rongée par le deuil, c’est malheureusement peu approfondi.

Au fur et à mesure que l’épisode se déroule, on en apprend plus sur Sophia et en même temps sur Naomi. Les deux sont liées, même si la jeune fille fait tout pour le nier. L’ado morte est en train de se construire comme un personnage à part entière, on lui découvre une personnalité complexe: qui était-elle vraiment? La droguée suicidaire? L’artiste cachée? La militaire en formation? Une amoureuse déçue?

Elle hante Emily qui fait tout pour arriver à la vérité, certes prévisible, mais que justement on se refusait de voir. L’épisode atteint son apogée dans la très belle scène sur le toit de la boîte de nuit. « C’est là que tout finit » dit le frère de la morte. Avec Ems, assise au bord du vide, ils feuillètent le carnet de croquis de la disparue, Naomi restant derrière impuissante. La vérité éclate malgré elle, dans un montage qui mêle croquis et dessin animé. Les visages se défont et les coeurs se brisent.

Si la partie enquête de l’épisode est assez peu inspirée, le reste est à la hauteur des attentes. La fin laisse la porte ouverte à plusieurs possibilités (ironiquement le dernier plan est une porte qui se ferme). Voici une nouvelle démonstration du talent de Skins pour la poésie et le tragique.

avatarUn article de .
0 commentaire