Mini décide de devenir amie avec le reste du gang, et tout le monde se retrouve chez Liv autour d’un sac de cannabis. Pendant ce temps, Olivia, qui voit toujours Nick en secret, essaie d’échapper à son quotidien avec Matty.

Cet épisode confirme ce que laissaient voir les trois premiers épisodes, Liv est un personnage typique de Skins. Elle aime faire la fête, consommer diverses substances (de préférence illicites) et a une vie personnelle et sexuelle en vrac. Même si elle se voile la face en se disant que, de toute façon, elle se fiche de tout, elle se retrouvera tout de même en larmes, à plusieurs reprises.

Liv est un mélange intéressant entre la première et la deuxième génération. Ceci donne un résultat assez équilibré et homogène, mais qui ne nous renseigne pas vraiment sur l’esprit de cette nouvelle saison. On a presque une impression de régression. Comme si les scénaristes avaient peur d’avoir pris une direction trop différente et cherchaient à nous montrer que Skins peut encore choquer. C’est un peu déstabilisant, tout comme le revirement de Mini, en début d’épisode. On questionne évidemment ses motivations. La suite nous dira si ce n’était que du vent ou si le groupe va vraiment se souder.

De premier abord, cela paraît forcé (le group hug) et on prend des gros raccourcis pour que tout-le-monde-il-s’aime-bien. Mais on n’en est déjà à la moitié de la saison, et donner une meilleure cohérence au gang ne peut être qu’une bonne chose.

Car s’il y a bien une chose que cet épisode réussit à faire, c’est lier ses personnages. Il y a bien sûr les Bonnie et Clyde nouvelle génération, Liv et Matty. Mais c’est surtout la relation de ce dernier avec Nick qui amène de tout autres enjeux. Cela nous explique enfin le casting de deux acteurs qui se ressemblent autant. La révélation de la fraternité marque le premier événement marquant de cette génération numéro 3.

Le trip sous acide était assez classique pour la série, avec son lot de bizarreries habituelles. Le rapprochement entre Liv et Matty est plutôt bien écrit, et on se laisse facilement entraîner dans leurs aventures. On a déjà vu ça, mais les scénaristes n’ont jamais été aussi à l’aise depuis le début de la saison, et ça se ressent sur le visionnage.

Si Liv gagne notre sympathie, elle peine à garder notre intérêt. Là où Rich et Franky se démarquaient aisément, Olivia reste – somme toute – bien trop classique. Il est par contre plus intéressant d’apprendre à connaître le si mystérieux Matty. Ce qu’on peut déjà dire c’est qu’il était temps qu’il se mette à parler, car ses regards ténébreux sentaient depuis longtemps le réchauffé. Au final, le jeune homme s’en sort plutôt pas mal, même si Sebastian De Souza joue faux la plupart du temps.

La meilleure qualité de l’épisode est qu’il lance des enjeux pour la fin de la saison. Mini nous revient plus garce et dangereuse que jamais. Peut-être le groupe se liguera-t-il contre elle? On nous installe également un pentagone (?) amoureux avec Mini, Nick, Liv, Matty et Franky. Les situations sentimentales n’ont jamais été aussi emmêlées et le moins que l’on puisse dire c’est que l’on ne manque pas d’options.

En résumé, Liv renoue, parfois à ses dépends, avec les premières saisons de la série. Il aurait sûrement été plus judicieux d’opter pour un huis clos avec tout le gang au complet, par exemple. L’épisode réussit néanmoins à rapprocher tout le monde, pour le meilleur et pour le pire.

avatarUn article de .
1 commentaire