La situation empire chez Naomi et plusieurs confrontations ont lieu, alors que le gang s’apprête à entrer dans l’âge adulte.

Il est déjà l’heure de dire au revoir à la seconde génération d’ados made in Skins. La fin de l’épisode précédent avait déjà divisé les fans sur les forums, celle-ci aura à coup sûr le même résultat. Les auteurs ont en effet décidé d’opter pour une conclusion ouverte, qui en laissera sûrement certains sur leur faim.

Cet épisode aurait pu s’appeler « Everyone », l’épisode ne se concentrant pas vraiment sur un personnage en particulier. Mais voilà, le gang reste incomplet maintenant que Freddie a « disparu ». Naomi va en quelque sorte se construire sur le deuil du jeune skateur. La fausse piste lancée par Foster est rapidement éventée par la sœur de Freddie, et sa découverte d’un cahier/déclaration d’amour à Effy. On saluera le jeu d’acteur de Kaya Scodelario et Jack O’Connell lorsqu’on leur montre le carnet.

S’ils ne parlent pas de décès, on se rend bien compte que les personnages ont compris. L’ultime fête à la fin de l’épisode fait office d’hommage, comme ils le disent c’est ce que Freddie aurait voulu. On se concentre surtout sur les réactions de Cook et Effy, qui cherchent tous les deux – de façon touchante – à communiquer avec lui. Et on se prend à espérer avec eux, on attend que la lumière s’allume dans sa chambre, qu’il descende et vienne faire la fête dans l’abri avec eux, avec nous. Et ce, alors qu’on a été témoin de son meurtre.

Les scénaristes ont parfaitement réussi à éviter les redites avec la fin de series 2. Après une saison très sombre, le final est de façon globale plutôt comique. La série est très à l’aise avec l’humour décalé, et cela permet de ne jamais tomber dans le larmoyant inutile. On se souviendra de la chanson de Pandora, Naomi défoncée comme jamais, le clone pétomane d’Effy et surtout de la chorégraphie « improvisée » sur du Kylie Minogue (la première génération avait eu Britney Spears).

Les moments d’émotion sont pourtant bien là. On retiendra en particulier la réconciliation de Naomi et Emily (enfin!), cela grâce à une très belle déclaration d’amour de la part de la blonde. C’est magnifiquement écrit et interprété avec talent (bravo Lily Loveless). Mais elles ne sont pas les seules à avoir droit à un happy end: Thomas et Panda vont s’envoler pour Harvard ensemble, on en attendait pas moins d’eux. C’est la moindre des choses après le triste sort des amants maudits Freddie et Effy.

L’épisode est aussi marqué par le personnage de Cook. Il est devenu extrêmement sympathique, là où à ses débuts il tirait la série vers le bas. Sa conversation avec John met en lumière son évolution, et on sait que le psy n’a pas une chance face à notre « waste of space ». Il n’a rien à perdre, et sa loyauté envers son meilleur ami en font un héros à nos yeux, un héros à la Skins bien sûr.

La fin n’est clairement pas ce à quoi on pouvait s’attendre, mais cette génération aura été tout sauf conventionnelle. On profite simplement une dernière fois de ce groupe d’amis auquel on s’est attaché et qui nous aura offert de très beaux moments. La troisième génération aura fort à faire pour nous séduire après ses deux gangs géniaux. Une saison magnifique. Merci.

avatarUn article de .
6 commentaires