Spooks – Series 8, Episode 4

Le passé de Lucas North refait surface quand son ancien tortionnaire, Darshavin le contacte avec des renseignements sur une bombe à Londres. Harry craint que Darshavin possède encore une influence psychologique sur Lucas, surtout qu’il ne souhaite avoir affaire à personne d’autre.

À mi-chemin dans la saison, un épisode légèrement plus orienté vers Lucas apparaît être un choix particulièrement judicieux, et certainement pas anodin au vu du développement que prend l’enquête (si on peut appeler cela ainsi) autour d’une puissance cherchant à bouleverser l’ordre mondial en place.

Lucas North va donc être contacté par son ancien tortionnaire, le replongeant dans une certaine tourmente psychologique. C’est assurément ce qu’il y a de plus réussi et de complexe au sein de cet épisode. Le comportement de Lucas est difficile à cerner, épaulé par une relation fortement étrange qui le lie à l’homme qui l’a torturé pendant des années. J’avoue que j’aurais souhaité en découvrir un peu plus sur les années que North a passé emprisonner, mais l’épisode ne joue clairement pas cette carte, ayant opté pour les conséquences psychologiques.

Torturé, Lucas l’est, ce qui rend son jeu de piste assez difficile à suivre, sans oublier que dans la balance se trouve beaucoup de vies, avec une bombe sur le sol britannique. Il n’est bien entendu pas le seul à être tourmenté cette semaine, car après les évènements du précédent épisode, Ros doit elle-même vivre avec ses actes, certes logique, voulue et pour le bien du pays, mais pas pour autant facile à mettre de côté, bien au contraire. Au passage, nous avons le droit à une petite évocation de Malcolm

La vie privée de Lucas va venir s’immiscer dans sa vie professionnelle, sa relation avec Sarah Caulfield progressant extrêmement vite. Pas le temps d’apparaître tangible qu’elle va déjà être mise à rude épreuve quand cette dernière va se retrouver entre Lucas et Darshavin, en même temps que son supérieur lui ordonne d’exploiter sa récente liaison pour espionner l’agent du MI-5, possiblement taupe.

Une saison de Spooks sans taupe, cela devient de plus en plus rare, mais ici, au vu des pions en place, elle nous sera révélée assez vite pour la simple et bonne raison qu’il n’y avait pas 36 suspects possibles, bien au contraire. La saison passée ayant beaucoup jouée sur cette carte, il faut alors le reconnaître que pour cette année, ils ont l’intelligence d’opter pour un autre jeu d’esprits, qui risque de mettre aussi à l’épreuve, mais d’une façon différente.

Tous ces éléments nous fournissent au final un quatrième épisode fort riche en évènements et en émotions.

avatarUn article de .
CaroleC
1 commentaire