Spooks – Series 8, Episode 7

La Section D apprend qu’un groupe d’hindous nationaliste planifie l’attaque d’une communauté musulmane, mais doit découvrir où et quand. Leur seul lien avec le groupe se trouve être un adolescent de 17 ans mêlé involontaire à cette histoire.

Nous voilà à l’avant-dernier épisode, où il n’est à ce stade plus la peine de pointer défauts et qualités, qui sont ceux incombé à tout l’ensemble de cette saison, tout le monde est bien d’accord là-dessus.

La faute à une preview un peu trop évidente la semaine passée (en tout cas pour moi), nous nous lançons dans un conflit hindou que l’on tient au départ éloigné de Nightingale, alors que c’était tout le contraire que j’attendais.

Encore une fois, nous jouons sur les possibles conséquences qu’une attaque – visant une communauté musulmane par des hindous – pourrait avoir sur le pays. Pour les Anglais qui ne sortent pas trop de chez eux, Harry et Ros vont même nous exposer des chiffres, ne sait-on jamais que l’importance de la communauté hindoue sur le sol anglais nous soit vraiment méconnue.

Dans ce groupe dirigé par Harish Dhillon se trouve Ashok Veerkal, 17 ans – interprété par Ashley Kumar, qui m’a assez bluffée dans le registre émotionnel. Ashok est musulman avec un nom hindou, et un peu là par hasard au fond. C’est donc surtout à travers lui que l’épisode va se révéler plus consistant, car son jeune âge et sa volonté de fuir le plus loin possible du bordel qui l’entoure le rendent complètement humain et permet de jouer sur une corde qui fut peu exploitée ces derniers temps.

Combien de vies peut-on sacrifier pour en sauver des milliers, et surtout rester impassible ? Ce type de questionnements, dans le monde de la section D, a eu la peau de certains espions, mais ceux en service sont à l’heure actuelle quasiment inébranlable. D’ailleurs, Lucas s’affirme comme le digne équivalent masculin de Ros cette saison. Il devient de plus en plus difficile à briser, et si la mort de Sarah l’a touché, comme sa collègue, il réussit à dissimuler et ne pas se laisser submerger par ses émotions. Il faudra alors se tourner vers le petit nouveau, Tariq, qui découvre les coulisses du métier avec sa première sortie sur le terrain, et de Ruth, qui, elle, réapprend la dureté de ce dernier. On notera d’ailleurs tous les petits gestes et mots entre elle et Harry. Impeccable.

L’affaire va trouver ses connexions avec Nightingale, en même temps que le nouveau Home Secretary, bien moins à l’aise que son prédécesseur, nous est introduit. Dans les deux cas, il faut le dire, cela va peiner, car le spectateur est bien plus investi dans le conflit émotionnel de Dhillon, et par extension, d’Ashok. Il n’empêche que tout ceci sert d’élément pour nous lancer vers le final, qui va devoir se faire convaincant pour rendre la menace Nightingale plus concrète et crédible.

À noter, l’épisode 8 ne sera pas diffusé en avance sur BBC Three, il faudra donc attendre le 23 décembre pour avoir la conclusion de cette saison.