Ruth est approchée par un homme convaincu d’avoir une piste importante à suivre. Lucas se retrouve au pied du mur quand Vaughn kidnappe Maya, le poussant à bout.

Avant dernier épisode de la saison, nous dirigeant vers une conclusion s’annonçant tumultueuse. Avant cela, on prépare le terrain, avec des explications. Ou non.

Lucas North aura mis cette saison 9 à rude épreuve, et il compte le faire jusqu’à la fin, avec une intrigue qui cherche à nous fournir des réponses, mais qui peine à nous convaincre. A tel point que j’attends le retournement de situation du prochain épisode, ne parvenant aucunement à voir en ce qui m’est fourni ici les véritables explications.

Il faut dire que tout semble se construire de façon à laisser le doute planer. Après une scène où Harry et Lucas rencontre un Vaughn avec une autre identité, ce passage n’est plus une seule fois évoqué, ce qui laisse dubitatif quant à sa place dans l’intrigue. Ce n’est sûrement pas anodin, tout comme le fait que Beth croise Vaughn dans le parc, sans plan rapproché, comme si elle ne lui passait pas réellement à côté. La mise en scène tend en tout cas à laisser perplexe sur ce qui se passe, et ce n’est sûrement pas un Lucas envoyé tout seul – même pas surveillé – retrouver Vaughn qui va sembler réellement crédible. Sans compter Maya, qui se trouve difficile de placer sur la ligne temporelle. À quel moment Lucas (ou John) l’a-t-il rencontré ? Ses explications à Dakar – cherchant à crédibiliser le changement d’identité – ne la comprennent pas. Or, pour avoir coupé les ponts pendant 15 ans à cause de Vaughn, il est nécessaire que ce dernier la connaisse … Tout cela laisse songeur.

L’épisode est donc là pour nous positionner les pions pour le final, poussant Lucas/John dans ses retranchements, forçant ainsi son exposition à ses collègues et les révélations qui vont avec. L’occasion quand même de remettre Beth dans la partie, bien qu’elle joue les sous-fifres d’un Harry Pearce décidé à découvrir ce qui se trame.

Si cela n’était pas suffisant pour sombrer dans un état dubitatif, l’épisode place Ruth dans une position dangereuse, celle-ci étant à la recherche d’émotions – ou pour être plus exacte, ne trouve pas naturel la rapidité avec laquelle les agents font leur deuil, elle comprise. Pour le coup, nous avons le droit à un tueur français, au sein d’une intrigue qui n’est clairement pas développée et qui fait bâcler, là pour nous fournir avant tout un approfondissement psychologique à Ruth, et surtout une scène finale violente. Étouffé par Lucas, cette partie de l’histoire à beaucoup de mal à s’affirmer, et à prendre une envergure nécessaire. Elle donne ainsi plus le sentiment de boucher un trou, au vu des enjeux qui occupent le reste de l’épisode.

Nous n’en avons donc pas encore fini avec Lucas/John, décidé à fournir un dernier épisode mouvementé et qui, je l’espère, offrira une conclusion au moins convenable à cette saison 9 qui ne fut pas de tout repos.