Spooks/MI-5 – Series 6, episode 10
Les services secrets Vénézuélien contactent la section D, car la CIA a pris pour cible leur président en visite à Londres. En échange de l’aide du MI-5, ils offrent des renseignements sur une possible attaque contre une école.
Le corps de Zaf est retrouvé et Bob Hogan a découvert l’existence des Red-backs, groupe qui torture les espions. Jo va se faire kidnapper par eux, alors Adam demande de l’aide à Hogan, qui se révèle appartenir à ce groupe. Il se fait à son tour kidnapper. Harry se retrouve à négocier avec Hogan, qui veut récupérer l’homme censé tuer le président vénézuélien, meurtre évité grâce au MI-5.
Harry finit par savoir où sont ces agents, seulement sur place, Jo perd le contrôle d’elle-même, ne supportant pas l’idée d’être torturé. Elle demande à Adam de la tuer, car pour elle, c’est mieux ainsi. Alors que les secours arrivent, Adam tient Jo dans ses bras. Morte ou vivante ?

Une fin de saison pour Spooks, à la hauteur, même si nous avons déjà eu bien plus. Cette foi-ci, la mort de Zaf est plus qu’officielle, et nous restons dans le doute en ce qui concerne Jo. On peut dire que là-dessus, c’est assez flippant, de voir Adam l’étrangler et elle, resté passive. Cela est comme un soulagement pour Jo, de savoir qu’elle ne sera pas torturée.
Beaucoup de double jeu dans cette saison, chacun joue pour son propre camp, et encore plus pour sa propre personne. Je ne sais pas si les doubles espions sont si courants, mais question honnêteté, il est évident que le milieu des espions n’en a pas beaucoup. Le mensonge fait parti à part entière de leur existence, et on finit par croire alors qu’aller dans un autre groupe est presque un chemin courant, à cause de tout ce qu’ils peuvent voir.
Kaplan a pris sa place au Grid, pour le moment surtout le cul sur une chaise. Adam refuse de l’intégrer, pensant qu’il manque d’expérience. Il commence donc à faire son trou.

L’idée d’une intrigue sur toute une saison aura été bien gérée. Malgré quelques épisodes plus faibles, la saison est supérieure à la précédente, ose plus, mais joue dans une cour un peu plus classique. Il aura plus s’agit de jouer sur l’ambivalence des personnes, et des services en jeu. Les difficultés entre le MI-5 et la CIA sont remis au goût du jour, et tout le monde jouant à son propre jeu, ne respectant pas les accords passés. On ne peut plus faire confiance à personne, cette saison aura appliqué ce principe, les coups de poignard à droit à gauche, et autres intrigues. Cela aura permis de largement étoffer l’histoire, la rendant bien plus intéressant (et par la même occasion, difficile à résumer).

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire