Jack, Owen, Tosh et Ianto suivent une piste qui les mène à un entrepôt abandonné qui va se révéler être un piège. Une explosion va les ensevelir sous les décombres. Nous allons revivre leur arrivée à Torchwood, comment ils ont été recrutés et ce qui les a poussés à accepter un travail qui changea radicalement leurs vies.

Avant-dernier épisode de la seconde saison qui va nous permettre de découvrir comment Tosh, Ianto, Owen et Jack sont arrivés à Tochwood. Il faut bien préciser à quel épisode nous nous trouvons, car il est quand même assez surprenant que toutes ses questions n’aient pas été abordées plus tôt dans la série. Le but de ce genre de flashback est de nous apporter un nouveau point de vue permettant d’améliorer la compréhension que l’on a du comportement des personnages. Arrivé à ce niveau de la série, cela ne sert plus à rien, tellement ils ont évolué depuis leurs débuts.

On commence par Jack, avec une petite surprise, le Captain était à Torchwood depuis bien plus longtemps que l’on aurait pu le croire. Passé ça, on ne peut pas vraiment dire qu’il y ait quelque chose de notable à retenir.

Pour Tosh, on nous monte vite fait une sorte d’histoire d’espionnage et de chantage qui tient tout juste la route. Un prétexte bien trop poussif qui la mènera à croiser la route de Jack.

Avec Ianto, c’est plus simple. On savait qu’il avait travaillé à Londres, et son arrivée à Cardiff est tout juste bonne à mettre en place les bases de sa relation avec Jack, et encore. L’histoire a au moins le mérite d’être plus détendue que les autres.

Owen, pour la fin, avait une vie de docteur. Il vivait en couple, mais sa compagne était mourante. L’histoire va tourner au drame avec un parasite alien, et Jack qui fait une de ses apparitions inattendues et qui disparaît aussi tôt.

Bref, quatre histoires assez légères sur un plan scénaristique, qui vont rythmer l’épisode d’une manière assez inégale. Il ne faut pas pour autant se plaindre de la qualité générale, car, au final, même si cela n’apporte pas grand-chose aux personnages (et aux téléspectateurs), le divertissement tient la route, à défaut de tenir en haleine. La conclusion est une ouverture pour le final de la saison, une manière assez explicite de tenter de justifier le rôle de bouche-trou de l’épisode. De manière générale, vu la série et l’ensemble des épisodes, on peut reconnaître que cette avant-dernière aventure de la saison n’est pas mauvaise du tout.