Torchwood – From Out Of The Rain (2.10)
Lors de la réouverture d’un vieux cinéma, la diffusion d’un très vieux film va ramener les membres d’un cirque itinérant mystérieux à notre époque. Ils vont partir à la quête de nouveaux membres et de nouveaux spectateurs. Ianto, Gwen et Owen étaient présents lors de la projection et se lancent rapidement dans une enquête qui rappellera à Jack quelques souvenirs.

Le concept de l’épisode est comme toute sa mise en œuvre, plutôt bancale. À cela, il faut ajouter l’ennui qu’il génère lors du visionnage et l’on a, à peu près, une idée de l’intérêt général de l’épisode. Il est bien maigre, c’est sûr. Si le divertissement était à la hauteur de l’ambition affichée, ce serait déjà bien, mais on en est loin.

Le problème dans Torchwood, c’est que quand les dialogues et les idées avancées ne sont pas suffisamment cohérents ou bien crédibilisés, les acteurs paraissent vraiment mauvais. John Barrowman, par exemple, a beau faire de son mieux, mais, même s’il y croit, il a du mal à le faire passer, et il faut dire qu’il n’est pas vraiment aidé.

L’histoire ne captivant pas, on prend encore plus le temps de se rendre compte de la faiblesse du scénario, et plus particulièrement, de l’écriture changeante des personnages. Ianto perd tout son sarcasme et devient un peu trop guimauve, pour ne pas dire transparent. Jack entretient son mystère sans conviction et nous ressort ses sempiternels gimmicks nostalgiques comme à chaque fois que l’on évoque une époque de son passé. En soi, ce ne serait pas gênant si la seconde d’après il ne reprenait pas son style de leader inébranlable.

Bref, l’idée de base était vraiment sans grand intérêt, et donne l’impression que l’épisode sert juste de bouche-trou. Si seulement on pouvait justifier cette utilisation, cela prendrait un sens, mais vu l’épisode précédent et ce qu’i s’annonce par la suite, il n’y avait pas de raison de faire un épisode sans saveur ni énergie à ce niveau de la saison.