Torchwood – Meat (2.04)
Après un accident de voiture qui causa la mort de l’un de ses chauffeurs, Rhys, le fiancé de Gwen, découvre l’existence de Torchwood. En les suivants il va se retrouver impliquer dans l’enquête et devra infiltrer une bande de criminels qui revendent de la viande découper sur un Alien.

L’idée de départ est intéressante, mêler Rhys à Torchwood, mais quelques passages un peu faibles vont venir alourdir l’épisode de manière excessivement inutile. Au point de départ, Rhys ne faisait que de la figuration. Quelques scènes en saison 1, encore moins en saison 2 – jusqu’à maintenant. Il était grand temps de s’intéresser à lui, surtout depuis que sa relation avec Gwen était redevenue suffisamment stable pour ne plus servir à rien. Son implication est crédible, même si dans le fond, le coup de l’alien dépecé sent le mauvais prétexte d’un bout à l’autre de l’épisode. Une intrigue peu crédible, à partir de laquelle on monte une histoire qui tient un peu la route, mais qui ne sert que de prétexte. Une excuse pour impliquer Rhys, donc, mais pas seulement. Elle sert aussi à nous balancer du sentimentalisme limite foireux – Torchwood Style – et à tenter de nous faire croire à des situations improbables.

On retrouve ainsi quelques travers de la série, pas les plus handicapants, mais qui pénalisent souvent l’épisode en lui ôtant le peu de crédibilité qui pouvait lui rester dans son intrigue. Les scènes entre Gwen et Rhys sont souvent bonnes et même assez réalistes. C’est un peu la réussite de l’épisode. Dommage, donc, que la fin un peu longue vienne entacher cela, avec Gwen qui pique une crise dans le QG parce qu’elle n’est pas contente de ce qu’elle a à faire. En fait, c’est le thème de la « vie privée en dehors du boulot » qui n’arrive pas à trouver sa place, malgré les efforts pour lui donner de la crédibilité. Ce qu’il en ressort ce sont des scènes qui sonnent faux, et Tosh qui drague Owen.

Autre raté, Jack qui veut sauver son buddy la baleine échouée dans le hangar. John Barrowman en fait trop. Dans la même scène, Owen a le même genre de réaction, et on n’y croit pas pour autant.

Mais il y a aussi quelques bons points, et pas que du côté de Rhys. Ianto est toujours aussi efficace, et même s’il n’a pas autant de dialogue que dans les précédents épisodes, sa récente évolution marche toujours aussi bien. De plus, notons qu’Owen est véritablement retourné dans son premier rôle de médecin, et que ce n’est plus une excuse occasionnelle. On lui donne du travail dans ce sens, même si la crédibilité n’est pas toujours aux rendez-vous, il ne semble plus excessivement mal placé dans le décor.

Un épisode moyen, donc, qui aurait pu donner de très bonnes choses, si, à la base, l’intrigue de fond avait été beaucoup plus solide. On a l’impression que l’idée était de placer Rhys dans l’épisode, le reste est venu après, pour un résultat pas trop convaincant.