Torchwood – Sleeper (2.02)
L’équipe de Torchwood intervient sur un cambriolage qui a mal tourné. L’implication d’un alien est indéniable, mais son identité est inconnue. L’incident va vite se transformer en menace d’attaque mondiale par une bande d’agents aliens infiltrés dans notre société.

Outside The Government, Beyond The Police… Oui, le prégénérique est revenu, sans lui, la série n’était plus la même. Cette semaine une cellule terroriste alien dormante au cœur même de Cardiff. Quelle ville pourrie ! Et encore, je ne vous parle pas des 10 têtes nucléaires, stockées à la lisière de la ville.

Mais passons à Tochwood, son QG six pieds sous terre et son Weevil. Oui, le pauvre, il est toujours là, au fond de sa geôle. Dans cet épisode, Captain Jack doit faire face à une menace globale, mais avant d’en arriver là, il a fallu la découvrir. Étrangement, dans cette saison, encore toute fraîche, les intrigues ne sont plus fines qu’avant, mais les personnages, eux, se montrent bien meilleurs. La révélation de la semaine est Ianto. Le nouveau Ianto a toujours la classe, mais maintenant, il a de la répartie et une vraie personnalité. Il exprime une légère aversion envers Owen, et je dois dire que je la partage. Ce brave docteur est bien plus en retrait. Il faut dire qu’il y a un meilleur équilibre dans le rôle que chacun joue au sein de l’organisation.

Gwen reste la même par contre. Toujours rêveuse, toujours un peu lente à comprendre et appréhender les évènements, mais un peu moins pleurnicheuse. Sa réaction finale m’a un peu surpris. Je m’attendais à la voir totalement effondrée, alors qu’elle semble avoir plutôt bien encaissé les évènements. Une certaine maturité qui est la bienvenue.

L’intrigue de l’épisode est donc un peu trop grosse, mais pourrait bien être le lancement d’une storyline répartie sur plusieurs épisodes. Une formule déjà employée dans la saison un avec la faille. Ce ne fut pas un succès, loin de là, mais vu que la série semble prétendre à plus de consistance et à une meilleure écriture, peut-être que le résultat sera bon. Pour le moment, cela reste à l’état de présomption, bien entendu.

Au final, l’épisode se regarde sans trop de désagrément, surtout grâce à la petite dose d’humour qui est plutôt la bienvenue. En fait, c’est peut-être en perdant un peu de son sérieux que la série trouvera son salut. Il n’y a pas beaucoup de chance que Torchwood devienne un jour un chef d’œuvre, mais elle a peut-être un avenir dans la branche divertissement de qualité. Enfin, il ne faut pas non plus trop s’emballer.