robin.jpg
J’avais oublié de parler du pilote de Robin Hood, mais je vais réparer cette erreur à l’occasion de l’épisode 2. Pour ceux qui ne connaissent pas Robin des bois… Non mais franchement qui ne connaît pas ??? Je ne vais insulter personne, je vais vous passer la présentation du personnage.

La BBC lance donc une nouvelle série. Pour rappel, la BBC est une chaine publique. Ouais ça la fout mal hein, une chaine qui fait des séries comme MI5 est publique. France Télévisions va répondre qu’elle n’a pas d’argent, et blah blah blah, mais personne ne les force à nous faire je ne sais combien de fois la même série policière en ne changeant que le titre ou en investissant dans une chaine d’info 24h sur 24 qui n’est même pas destiné au public français.

Je n’ai accroché qu’à moitié au pilote. Tout d’abord, ayant grandit en multi visionnant Kevin Costner tirant des flèches en feux sur une musique de Bryan Adams, la nouvelle incarnation du prince de la forêt de Nottingham déroute un peu. Il est jeune et impétueux, il arbore un bel accent irlandais, il est plutôt petit. Franchement au premier regard, il a l’air d’un jeune con. Il se balade avec un trublion qui est la pour faire et raconter les conneries donc, normal, Robin est un romantique, un héros, il sauve la veuve et l’orphelin, fait tomber toutes les femmes, mais ne peut pas faire le pitre.

Robin et Much reviennent de Terre Sainte après 5 années d’absence. Il arrive sur ces terres de Locksley où il retrouve son peuple victime de la politique ultra répressive du Sheriff de Nottingham. Il va donc sauver les gens de son village et se retrouver hors la loi. Fin du pilote. Le second épisode met en scène la rencontre avec Petit Jean (Little John), et comment le combat va naitre, et toute l’idée de voler au riche pour donner au pauvre…

Ce qui gêne, c’est donc la comparaison que je n’ai pu m’empêcher de faire en visionnant le pilote. Le Robin de la série ne sera donc pas aussi charismatique que Kevin Costner le fut. Remember, il fut un temps où le brave Kevin était une Star, pas un amateur, franchement une big star, je le rappel car on a tendance à l’oublier aujourd’hui, mais ce fut et c’est surement encore un grand acteur. Mais le pire, c’est le Shériff. Dans le pilote on est plutôt déconcerté par le clown qui est censé être le bad guy, un Shériff qui n’oserait pas se cacher dans l’ombre d’Alan Rickman, complètement possédé par le rôle et qui aujourd’hui rend la tâche rude à l’acteur en charge du rôle.

Je dis le pilote par ci, le pilote par là, car dans le second épisode les choses changent quelque peu. Bien sure on reste dans la lignée de ce qui a été mis en place Robin est le héros donc il va se comporter comme un héros, mais il le fera avec un peu plus de crédibilité. Les acteurs cabotinent beaucoup moins. Le Shériff est beaucoup plus sobre et le clown semble s’être quelques peu éclipsé pour faire place à une face plus sadique du personnage.

Ce qui ne s’améliore pas c’est le manque de moyens face à l’ambition de la série. Locksley, c’est 3, 4 bicoques avec une vingtaine de péons, le château est un peu plus conséquent mais ça ne pousse pas loin. C’est un peu comparable avec la minisérie Empire et Gladiator (de Ridley Scott), ceux qui on vu cette très moyenne série comprendront.

Robin Hood version 2006 montre un certain nombre de qualité une fois que l’on a revu à la norme les attentes que l’on peut avoir pour le show. Le divertissement est plaisant et montre certaines qualités qui, si elles se développent, pourraient rendre le tout plus cohérent. L’épisode 2 montre déjà un mieux, je vais donc continuer à suivre en espérant que la série se lance sur la bonne voie. Je ne pense pas que l’on tienne là un chef d’œuvre mais ça pourrait bien s’avéré meilleure que je ne le pensais après le pilote.