Arkady Balagan est un champion d’échec qui, depuis la mort de sa fiancée, vit reclus à l’hôtel Huxley. Les gérants de ce dernier veulent le mettre dehors à cause de ses factures en retard et il va alors accepter d’aider la barmaid de l’hôtel à retrouver un enfant kidnappé pour couvrir ses frais.

Nouvelle série de la chaine canadienne Showcase, Endgame nous joue la carte du détective improbable, mais génial. Ici, Shawn Doyle est Arkady Balagan, un champion russe d’échec devenu agoraphobe suite à l’assassinat de Rosemary, sa fiancée.

Donc, en plus d’être un génie arrogant qui a tendance à agacer tout le monde, il ne peut pas mettre les pieds dehors sans faire une crise d’anxiété. Beaucoup de challenges pour un détective amateur. Mais il est champion d’échec et son talent est donc de bouger stratégiquement ses pions. La série va jouer sur la métaphore jusqu’au bout, Arkady restant à l’hôtel, poussant tous ceux qu’il peut à récolter les informations et à agir sur ses commandes.

Ce premier épisode va dès lors avant tout poser le contexte pour justifier son nouveau statut de combattant du crime : il a besoin d’argent. C’est simple, mais sa personnalité fera le reste. Pour lui, il est surtout question de gagner la partie pour pouvoir assurer son train de vie pendant quelques semaines, car il a beau montrer une assurance irritante, il est clair qu’il a peur, non seulement de sortir, mais également de devoir affronter ce qui est arrivé à sa fiancée.

De ce côté-là, la série va posséder une storyline feuilletonnante, puisque Pipa, la sœur de Rosemary, n’arrête pas de revenir vers Arkady avec des nouvelles pistes à explorer au sujet, car le meurtrier court toujours.

Quoi qu’il en soit, ce premier épisode tourne autour d’une affaire de kidnapping d’enfant. La manière avec laquelle Arkady se retrouve impliquée est un peu poussive et il y a une certaine commodité dans l’introduction de plusieurs personnages, mais l’ensemble finit par prendre forme efficacement, tout particulièrement à partir du moment où Sam, un étudiant fan du joueur, accepte de devenir ses jambes et se met à récolter les informations qui vont aider à reconstituer le puzzle de cette affaire.

Le tout est également appuyé par un des gimmicks du show, une représentation visuelle des évènements imaginée par Arkady qui aide à illustrer ses réflexions tout en apportant de légères pointes d’humour bienvenues.

Ce premier épisode d’Endgame se montre donc efficace dans son rôle d’exposition, réussissant à installer un concept un peu poussif, et ce, en évitant le ridicule. Il faut dire que le casting est des plus solides et parvient à vendre le tout en fournissant une dose convenable de divertissement.