Identity – Second Life (1.01)

Alors que la police vient l’arrêter, John Hopkins ouvre le feu et essaie de se suicider après avoir dit qu’il était innocent, qu’un certain Smith était responsable. DSI Martha Bloom de l’unité des vols d’identité prend en charge le dossier et découvre qu’Hopkins n’est pas la seule victime de Smith.

Nouvelle série policière d’ITV1 créée par Ed Whitmore (Waking The Dead), Identity s’intéresse à un genre de crime bien moderne : le vol d’identité.

Dans ce premier épisode, nous sommes donc introduits à l’unité qui est spécialisée dans la traque de ce type de voleur. DSI Martha Lawson (Keeley Hawes) est aux commandes et elle a recruté DI John Bloom (Aidan Gillen), un policier expert dans le domaine de l’infiltration, pour qu’il devienne l’atout majeur de son équipe.

Au niveau des présentations, tout ceci sera succinctement présenté, car nous plongeons directement dans le vif du sujet. L’investigation du jour concerne un ex-militaire qui prétend que sa vie lui a été volée. Au premier abord, il ne pourrait s’agir que d’une défense pour éviter de prendre la responsabilité d’une tentative de meurtre, mais Martha semble prête à le croire. John, lui, n’est pas tout à fait aussi enthousiaste, car c’est un peu son style de ne pas l’être. La différence entre les deux policiers est alors immédiatement visible. Elle s’est battue pour monter son unité et veut que cela soit payant ; lui, il est une énigme, mais un atout avec lequel elle doit composer pour avoir ce qu’elle veut.

Quoi qu’il en soit, Smith apparaitra rapidement comme étant réel et tout le monde cherche à trouver ce qui le lie à Hopkins. C’est ainsi que d’autres victimes feront surface. On a alors du travail de policier standard avec reconstitution de la vie de ceux qui se sont fait voler leur identité, une recherche de points communs, ou encore interview de possibles témoins. On a une belle démonstration de ce que la technologie permet de faire, laissant des traces de nos passages à peu près partout. Le tout se mélange avec un profilage du suspect, car on ne vole pas une identité sans raison et saisir le pourquoi est aussi important que le comment dans le cas présent.

Il est clair que la série ne va pas nous faire toutes les semaines le coup du voleur/tueur, le sujet offrant malheureusement beaucoup de variantes, mais pour commencer, c’est le choix qui a été fait, probablement pour permettre de bien faire comprendre les ramifications de ce type de criminalité.

Le sujet de la série se veut donc original, malgré le fait que la forme se révèle assez classique. On sent rapidement que l’originalité de la série, ou plutôt, ce qui fera son identité, se trouve être John Bloom. Le personnage sort du moule, clairement inconfortable dans sa nouvelle situation professionnelle, mais, contrairement aux autres, il semble réellement savoir de quoi il parle. Une constatation qui fragilise l’installation des autres protagonistes, en particulier Martha Lawson qui n’apparait pas forcément à la hauteur de la tâche, mais qui sait reconnaitre le bon travail de ses collègues. D’ailleurs, en dehors de Bloom, seule Tessa Stein (Holly Aird) réussit à être bien imposée, les autres ne paraissant malheureusement là que pour faire la basse besogne et se sont vu attribuer des personnalités caricaturales.

Pour terminer, un petit mot sur la réalisation. Pas qu’il y ait beaucoup à en dire, car elle n’est pas toujours très inspirée, mais tient quand même le rythme en restant sobre. Par contre, on a le droit à des flashs explicatifs un peu dispensables qui semblent là pour être sûrs que tout le monde suive. Espérons que par la suite ils ne seront pas trop présents.

Au final, ce premier épisode d’Identity offre une enquête bien étayée et la délivre sans baisse de rythme. Le concept offre un twist intéressant au genre policier tout en conservant les codes du genre. Cela n’est donc pas forcément innovant, mais cette première heure arrive, parfois maladroitement, à divertir et à prendre forme de manière crédible. Reste à voir comment la thématique va être exploitée par la suite.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires
Le Geektionnaire des Séries TV
Nous l’avons écrit et vous pouvez désormais le lire. Cet abécédaire des séries contient près de 900 entrées passionnantes.
Commandez-le !
(19.95€ prix conseillé)
close-link