Ripper Street – I Need Light (1.01 – Pilote de la série)

Jerome Flynn et Adam Rothenberg dans Ripper Street - I Need Light (1.01 - Pilote de la série)

Dans l’Est londonien de 1889, une jeune femme est retrouvée morte, portant les marques d’un crime commis par Jack l’Éventreur. Est-il de retour ou est-ce quelqu’un d’autre ? C’est ce que le DI Edmund Reid va devoir découvrir.

Nouveau period drama procédural de BBC One, Ripper Street nous entraine dans le quartier de Whitechapel où a sévi Jack l’Eventreur. Si son titre peut laisser supposer que le tueur en série est au cœur de l’histoire, le scénariste et créateur Richard Warlow s’intéresse en réalité à l’après, dans une partie de Londres toujours terrorisée par le meurtrier que la police n’a jamais arrêtée.

Le DI Edmund Reid (Matthew Macfadyen) était justement à la tête de l’enquête sur Jack. Maintenant, aux côtés du DS Bennet Drake (Jerome Flynn), il tente de ramener la paix dans le quartier.

Bien entendu, plus de Jack ne dit pas plus de tueurs ; ce premier épisode s’attelle à mettre en place cette conjoncture bien particulière, entre la police qui doit rétablir l’ordre, une presse à la recherche d’excitation et des habitants encore en grande partie apeurés.

Au premier plan, Ripper Street délivrera à l’évidence des histoires policières au potentiel variable, celle qui nous concerne ici jouant énormément avec l’héritage laissé par Jack L’Éventreur. C’est là qu’elle trouve sa plus grande force, mais ce n’est pas réellement suffisant pour compenser son déroulement trop codifié et évident et son manque de substance.

C’est donc, à un certain niveau moyennement accrocheur, néanmoins la série peut compter sur ses acteurs/personnages et ses décors/costumes qui eux, intéressent bien plus. En tête, on retrouve, le DI Reid qui apporte la gravité nécessaire aux évènements. Il est particulièrement bien assisté par Drake qui cogne et s’en prend plusieurs dans la figure et par le Captain Homer Jackon (Adam Rothenberg), spécialisé dans la médecine légale. La dynamique relationnelle du trio s’avère efficace et intéressante, soutenant sans conteste le potentiel de chacun de ses protagonistes. La partie féminine repose dans cet épisode avant tout sur Long Susan, qui dirige une maison close et dont les tenues vont à merveille à son interprète, Myanna Buring.

Ripper Street commence donc avec un épisode qui n’est qu’à moitié satisfaisant, l’ensemble souffrant d’une intrigue policière qui manque de profondeur et de complexité pour vraiment intéresser. Cependant, il y a un contexte historique et social qui compense en partie certaines lacunes scénaristiques et des personnages plutôt attractifs qui devraient motiver à poursuivre au-delà de ce pilote pour voir comment la série se développe.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link