sherlock101 Sherlock – A Study in Pink / Une étude en rose (1.01)

Samedi 1 janvier 2011 à 13:50 - 16 commentaires

Sherlock – A Study in Pink / Une étude en rose (1.01)

 Sherlock – A Study in Pink / Une étude en rose (1.01) Sherlock – A Study in Pink / Une étude en rose (1.01)par Carole.

Londres, 2010. Héros de guerre blessé de retour d’Afghanistan, le Dr. John Watson cherche domicile et va ainsi rencontrer Sherlock Holmes. Ce dernier va l’entrainer dans une enquête où le meurtre se cache derrière le suicide.

Création de Conan Doyle, Sherlock Holmes et son acolyte Watson font partie de ses personnages fictionnels mythiques qui inspirent encore un nombre d’auteurs/créateurs incalculables. Revisité, réinterprété, ou tout ce qui s’inscrit dans cette veine a touché le fameux détective, récemment revenu à la mode (ce genre de choses, c’est cyclique).

publicite

Steven Moffat et Mark Gatiss nous offre avec Sherlock leur version moderne de ce duo classique de la littérature, devant à leur tour s’approprier la légende, le caractère et l’histoire pour donner le jour à leur œuvre télévisuelle.

A Study in Pink commence par le commencement, soit la rencontre et la création de la relation entre Holmes (Benedict Cumberbatch)  et Watson (Martin Freeman). Le premier est donc aussi arrogant et génial que l’on se l’imagine, le scénario jouant subtilement avec les détails pour les adapter à notre époque. Car les temps ont changé, la technologie n’est pas la même et que certains traits de caractères doivent forcément s’adapter à l’évolution de la société. John Watson pénètre ainsi l’univers de Holmes, et se voit revigorer par cette rencontre. Des dégâts laissés par la guerre au but retrouvé de son existence, à l’expression évidente d’une personnalité intelligente et posée, il ne se fait pas éclipser par son nouvel « ami » malgré le fait que le rythme de vie de celui-ci tend par moment à le laisser sur le carreau.

Justement, du rythme, dans Sherlock, il y en a, jonglant entre la présentation des personnages – comprenant DI Lestrade (Rupert Graves) ou encore Mrs Hudson (Una Stubbs) –, l’intrigue des suicides, le petit mystère humoristique créé avec Mycroft (interprété par Mark Gatiss), et l’inévitable évocation de Moriarty. Cette dernière, complètement inévitable, n’est pas l’illustration de la maitrise dont l’épisode fait preuve, mais plutôt des sous-entendus qu’elle aime faire de façon plus ou moins subtile. Le nom de Moriarty est juste inséparable de celui de Holmes, ce qui fait qu’on finit toujours par attendre que quelqu’un le prononce.

Quoi qu’il en soit, Sherlock en impose beaucoup, offrant que peu d’opportunités de souffler, une bonne dose d’humour et une histoire assez ingénieuse – bien que finalement très simple dans sa conclusion.

Des acteurs inspirés, des répliques mémorables, une heure et demi entrainante. Sherlock était plus qu’attendu sur le petit écran et il réussit très bien son arrivée. Enivrant et exaltant, c’est avec grand plaisir que je lui consacrerai mes deux prochains dimanches soirs !

Note : pour compléter le visionnage et la lecture, vous pouvez aller faire un tour sur le site de Sherlock Holmes, The Science of Deduction, qui vaut bien un petit détour !

Article précédemment publié le 26 juillet 2010.

publicite
  • Antouziast

    Tout ce que je pense c’est qu’il est dommage qu’il n’y ait que 3 épisodes. Deux fois moins que Jekyll qui était elle aussi une brillante crétion de Steven Moffat.

     » – Ce sont des yeux humains ? Ils étaient dans le micro-ondes

    - C’est pour une expérience ! »

  • medion

    @ Antouziast
    Il n’est pas dit qu’il n’y pas de suite. Dans Sherlock Holmes c’est la manière dont on résout les enquêtes qui est important, alors que dans Jeckyll c’est juste la manière dont le personnage va jongler entre les 2 personnalités et les 6 épisodes se suffisent.

  • Odette

    Du rythme, de l’humour, des acteurs parfaits et des trouvailles comme la conférence de presse de la police, le tout gardant malgré tout des traces de l’ADN de l’original (le Sherlock de Conan Doyle), une vraie réussite.

    Même au coeur de la torpeur estivale, il est possible de découvrir des pépites télévisuelles outre Manche.

  • Drayke

    J’ai trouvé ça vraiment excellent, après Jekyll et Dr Who j’attendais Steven Moffat au tournant, mais il n’a pas fait honte à sa réputation, loin de là.

    Les Britanniques sont devenus les rois de la série télé en peu de temps, tellement que j’en arrive à trouver sans saveur les productions américaines actuelles.

    Bref, du tout bon, vivement dimanche soir!

  • Axl

    superbe pilote, bien réalisé, bien joué, une grande série à venir.

  • caleigh

    j’ai beaucoup apprécié ce pilot également, complètement fidèle à l’esprit de sherlock holmes.
    Mention spéciale aux acteurs et on retrouve la patte du réalisateur de jekyll je trouve ds la façon de filmer les persos. à suivre…

  • Pingback: Sherlock – The Blind Banker (1.02) | Critiques et actualité des séries TV sur Critictoo

  • Pingback: Sherlock – A Study in Pink (1.00) : le pilote non diffusé | Critiques et actualité des séries TV sur Critictoo

  • gbib75

    Je n’en peux plus d’attendre ce soir !

    Quelqu’un peut nous dire si la version française est à la hauteur de la VO (en particulier pour la voix de Sherlock) ??

  • aliase7

    Et bien je dois dire que je trouve que le travail de doublage est de qualité aussi bien sur la traduction que sur le choix des voix(ce qui est rare en France). bon fin d’épisode et de saison
    Si tu as l’occasion, n’hésite pas à revisionner la série en VO (Vost si nécessaire).

  • LudoO

    Une seul chose à dire :
    A quand des séries Française de cette qualité sur le service publique ? 2011 ? ;-)

    Comme on a [apparemment] pas les budgets pour produire du 12 ou du 22 épisodes, peut être pourrions nous au moins miser sur la qualité… peut être.
    Bon un seul exemple (Y’en a plus ?) « Nicholas le Floch » c’est pas désagréable, mais c’est tous les 4-36 du mois !

  • kaxxymo

    Il est vraiment réjouissant de voir une série aussi bien écrite, avec de l’humour, du rythme, un traitement de l’histoire et des personnages si originale ( » la Moffat touch »), et les acteurs sont vraiment excellents. Ca donne vraiment envie de voir les épisodes suivants. Encore Merci France 4.

  • http://leveilleur.over-blog.org Anaïs

    Je découvre les séries britanniques et je me découvre un enthousiasme nouveau, de quoi délaisser un grand nombre de séries américaines. J’adore Sherlock Holmes…

  • Pingback: Ce soir : Sherlock débarque sur France 2 | Critiques et actualité des séries TV sur Critictoo

  • Gertrude

    Un épisode particulièrement jubilatoire quand on a lu l’Etude en Rouge. La transposition de l’histoire de base et la psychologie des personnages, la performance des acteurs, les dialogues sont savoureux.

  • Pingback: Sherlock – A Scandal in Belgravia (2.01) | Critiques et actu des séries TV américaines et anglaises sur Critictoo

59 queries. 0,689 seconds.