The Bridge - Red Door / Paint It Black (1.01)

Après le suicide d’un vieil ami et collègue, Frank Leo, un flic en uniforme intègre, décide de tout faire pour qu’il puisse être enterré avec les honneurs. À partir de là, il va se lancer sur une route qui le mènera à prendre la tête du syndicat de la Police, se créant une série d’ennemis qui vont tenter de le faire tomber.

Nouveauté de la chaine CTV, The Bridge bénéficie d’une production internationale, dans le même style que Flashpoint. Cela reste malgré tout une série canadienne, d’un bout à l’autre (ou presque).

On retrouve Aaron Douglas, connu pour son rôle dans Battlestar Galactica où il avait déjà fréquenté l’esprit syndicaliste. Il doit avoir ça en lui. Enfin, au début, il n’est pas trop partant, il est juste un flic comme les autres. Ce premier double-épisode va nous entrainer sur une année durant laquelle Frank Leo va petit à petit passer du simple policier au leader.

L’ensemble est assez bien construit, en particulier au niveau du protagoniste central que l’on voit évoluer et lentement se plonger dans les manipulations politiques et autres négociations. Certes, pour arriver là, on passe par quelques clichés obligatoires, mais ceux-ci se révèleront assez légers, l’épisode parvenant à mettre en place l’ambiance fraternelle que l’on sait régner dans ce type d’univers tout en installant un ensemble de personnages clés qui vont – pour les principaux en tout cas – posséder plusieurs facettes.

Tout n’est pas pour autant parfait, loin de là, car certains acteurs en second plans ne sont pas très convaincants, et plusieurs personnages sont étiquetés de façon un peu trop évidente pour laisser place à la subtilité.

Sur l’heure et demie que dure ce pilote, on est de toute façon captivé par Aaron Douglas qui s’impose dans chacune de ses scènes, poussant ceux qui partagent l’écran avec lui à devoir tenir la mesure pour ne pas être complètement effacés.

The Bridge démarre donc de manière convenable, nous offrant une nouvelle approche de la police, via la politique des syndicats, qui se révèle plutôt ambitieuse. Il est probable que durant les prochains épisodes le rythme des histoires soit plus lent, Frank ne va quand même pas nettoyer toute la police en quelques heures. D’ailleurs, ce pilote ne délivre qu’un petit aperçu de ce qui nous attend, la majorité de l’intrigue se concentrant sur la mise en place du personnage. Entre la défense de ses collègues, la chasse aux pourris et les manipulations politiques, il y a de quoi faire.

Au final, The Bridge dépasse mes attentes, surtout pour une série canadienne. Certes, le visuel est parfois un peu pauvre et, comme je le disais plus haut, quelques acteurs auraient pu délivrer de meilleures performances, mais le scénario est ambitieux et bien construit, ce qui encourage largement à s’intéresser à la suite.