Sherlock

Sherlock saison 2 episode 3 benedict cumberbatch martin freeman bbc one Sherlock   The Reichenbach Fall / La Chute du Reichenbach (2.03   fin de saison)

Mercredi 4 avril 2012 à 9:58 | 14 commentaires | | | |

Sherlock – The Reichenbach Fall / La Chute du Reichenbach (2.03 – fin de saison)

 Sherlock   The Reichenbach Fall / La Chute du Reichenbach (2.03   fin de saison) Sherlock   The Reichenbach Fall / La Chute du Reichenbach (2.03   fin de saison)par .

Moriarty fait un retour fracassant, entrainant Sherlock dans une salle de tribunal et le plaçant face à un jeu d’envergure. Le détective privé qui fait la couverture de la presse doit résoudre le dernier problème de son adversaire avant qu’il ne soit trop tard.

Pour le dernier épisode de la saison 2 de Sherlock, Steve Thompson s’inspire de The Final Problem (Le Dernier Problem). Le scénariste  déjà responsable de The Blind Banker ne s’est pas débarrassé de tous ces problèmes de rythme et de ces quelques passages prévisibles ; mais, aidé par le fait qu’il s’agit du dernier de la saison, il a plus d’une surprise dans son sac qui lui permet d’embrasser totalement l’esprit assez foutraque de Sherlock.

publicite

En tout cas, la série a ses ficelles, tout particulièrement dans ses introductions, si on laisse la scène prégénérique de côté. Elle a aussi un sens de la mise en scène très développée, soutenu cette fois-ci par la caméra de Toby Haynes qui use de tous les petits trucs propres à la série avec une jolie habilitée. De quoi offrir à Moriarty une introduction à son image.

Le vilain est donc au cœur de The Reichenbach Fall posant « The Final Problem » à Sherlock Holmes, si ce n’est que ce dernier ne sait pas exactement de quoi il retourne. Avec ces deux esprits qui s’affrontent, le scénario part dans multiples directions histoire de mieux égarer. Les transitions d’une scène à l’autre sont majoritairement maitrisées pour laisser peu de répit au sein d’un épisode qui se déroule quand même sur trois mois.

Il s’agit ici avant tout de la chute de Sherlock qui commence officiellement après la mascarade de Moriarty, son procès et la rencontre avec la toujours charmante Katherine Parkinson (The It Crowd). Certains éléments sont alors habilement ou non laissés de côté (la gamine qui reconnaît Holmes ou ce que ce dernier a pu demander à Molly) pour offrir une fin plus haletante et où il faudra attendre la saison prochaine pour avoir les flashbacks ou les éclaircissements. Au moins, le dernier plan évite de trop tirer sur la corde du cliffhanger.

Mais, je vais légèrement trop vite, car il faut dire que l’épisode cherche à jouer sur tous les tableaux pendant un peu trop longtemps avant de réellement se concentrer sur ses duos. Celui formé par Sherlock/Watson est donc toujours à la hauteur avec cette fois-ci l’exposition d’une amitié qui ne peut être brisée. Benedict Cumberbatch et Martin Freeman sont encore une fois vraiment excellents et si le docteur offre toujours un peu d’humour, il n’est pas en reste quand le ton devient plus grave. Il est par contre un peu dommage de le voir parfois se faire manipuler trop aisément.

Si cet épisode réussit quelque chose, c’est peut-être d’éviter que Moriarty soit agaçant d’un bout à l’autre. Moins dans les excès, Andrew Scott se montre plus convaincant, même si les mimiques du personnage lui compliquent durement la vie quand il se trouve face à l’interprète de Sherlock. Il fallait en tout cas au moins cela pour que la rivalité entre les deux hommes gagne en profondeur et ne soit pas que le simple jeu d’un psychopathe puéril.

L’épisode parvient aussi  l’air de rien à montrer que cette seconde saison aura su subtilement étoffée ces personnages secondaires. Molly, Lestrade et Mycroft sont, en quelques scènes, devenus moins unidimensionnels et plus humains.

Bien que The Reichenbach Fall soit un duel entre Sherlock et Moriarty, l’ensemble, comme la fin le montre, repose avant tout sur l’amitié entre Holmes et Watson. Le détective n’a pas besoin d’un opposant, car c’est bel et bien son duo avec John Watson qui suscite le plus l’émotion et qui convainc de fermer les yeux sur les travers de l’intrigue.

Cette critique a été publiée une première fois le 16 janvier 2012.

Partager cet article

Plus d'informations sur la série sur le site de notre partenaire
publicite
  • Pingback: Audiences UK : presque 8 millions de téléspectateurs pour Sherlock et Call the Midwife | Critiques et actu des séries TV américaines et anglaises sur Critictoo

  • Drayke

    Tiens je trouve que les mimiques de Moriarty sont très bien jouées, et à mes yeux c’est une réelle valeur ajoutée au personnage.

    Pour moi c’est justement ce qui tranche entre les deux personnages: Ils sont à ce point identiques qu’il fallait bien que quelque chose les différencie.

    Sherlock est introverti à l’extrême, ce qui se traduit par son hygiène de vie désormais bien connue. Le côté extraverti de sa nemesis ressort également et j’ai trouvé ça de toute beauté (déjà bluffé dans le 1×03).

    En résumé, en ce qui me concerne j’ai trouvé ce Moriarty névrosé super convaincant et jamais pénible.

    …Mais j’ai tout de même préféré l’épisode 2×01. Non mais c’est vrai quoi, des twists qu’on ne voit pas arriver, c’est si rare dans le monde des séries !!! :)

  • Muriell812

    J’adore Sherlock – la série – même si avec mon niveau d’anglais, j’ai un peu de mal à suivre Sherlock – le personnage – quand il se parle à 100 à l’heure.

    Vivement la saison 3 !

  • http://www.baverty.com Kaidjin

    Encore un épisode excellent pour une série qui mérite tous les éloges. Attention, spoilers ! (Je pense que personne ne devrait lire les avis avant d’avoir vu un épisode de série, mais dans ce cas je m’en voudrais particulièrement de spolier qui que ce soit.)

    Tout le monde attendait avec impatience cet affrontement final entre Sherlock et Moriarty. Du coup, je peux comprendre que certains soient déçus, mais pour ma part je suis pleinement satisfait.

    Comme d’habitude, la réalisation et les acteurs sont au top, et ils nous font ressentir tout ce qu’il faut pour qu’on se plonge complètement dans l’ambiance et dans l’affaire. Certaines scènes sont très fortes et je suis resté scotché à l’écran sans voir passer les 90 minutes de l’épisode.

    L’affaire en elle-même est superbement menée. Comme dans le premier épisode de cette saison, on sent que les personnages sont complètement impliqués dans ce qui leur arrive. Il ne s’agit pas de la résolution d’une enquête, ou de l’aide donnée à la police ou à quelqu’un d’autre. Il s’agit du combat de Sherlock, qui se débat pour vaincre son Némésis, et de ses quelques amis qui restent les dernières personnes loyales. Le doute s’installe, même dans la tête du spectateur lorsque Andrew Scott nous interprête un faux Moriarty très convaincant ! Toutes les pièces du puzzle s’emboitent à la perfection dans les dernières minutes, et c’est avec délice qu’on assiste à la défaite de Sherlock, tout en espérant à moitié qu’il s’en sorte.

    Ça m’emmène à la dernière scène, qui justifient en fait les quelques points manquants. D’abord, on ne sait pas comment Sherlock s’en sort. C’est chiant. D’accord, il fallait bien donner envie de regarder la saison prochaine, mais la série m’avait habitué à mieux… Ensuite, l’explication a intérêt à être carrément bonne, parce que quand même, sauter du haut d’un immeuble de 4 étages et s’en sortir sans une égratignure c’est fort, très fort, même pour le grand Sherlock Holmes. Je me doute que ça aura à voir avec la fille, mais vraiment je ne vois pas (ce qui peut être un bon point, mais j’ai peur du gros flop !). Enfin, la mort de Moriarty, qui si elle est bien amenée et très bien interprétée, est un peu dommage pour la saison suivante…

    Bref, c’est quand même un pur délice que de regarder cet épisode, et c’est avec nostalgie et impatience que j’attends la saison prochaine.

  • Ichabob

    Cette série est un chef d’oeuvre. Rare sont les séries qui peuvent vous faire rire , vous faire peur , vous faire pleurer et vous émerveiller en meme temps. Sherlock l’a fait en seulement six épisodes. The Reichenbach Fall m’a fait penser au film Le Prestige :On est « aveuglé » par le talent des acteurs , le scénario, la beauté des images (digne des plus grands films), les dialogues qui font mouche et une musique incroyable. Le tour de magie a eu lieu sous nos yeux et nous n’avons rien vu venir. Steven Moffat a révélé dans une interview que tous les indices étaient dans l’épisode et que la réponse était juste sous notre nez: le mannequin pendu dans l’appartement? , Molly Hooper? , Mycroft?, le camion? , la balle que tient Sherlock dans sa main?… Bref , vivement la saison 3. Espérons que nous n’auront pas à attendre 1 an.

  • Ecaz

    J’ai lancé l’épisode à reculons et au final, je suis rapidement entré dans l’intrigue et n’ai pas vu le temps passer. Je me serai presque cru devant un épisode écrit par Moffat.

  • Ecaz

    Pareil pour Moriarty, je trouve son extravagance des plus approprié pour faire face à Sherlock.

    IMO, là où ça pêche, c’est l’interprète qui, aussi bon soit-il, manque d’un poil de charisme pour complètement donner corps au personnage.

  • laure

    loved it loved it loved it!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  • amandine

    Quel est le titre de la chanson au début de la série ?

  • ichabob

    @ amandine:
    « The Thieving Magpie Overture »_ Rossini
    « Sinnerman » _ Nina Simone

  • amandine

    Merci beaucoup c’etait dc la 2eme que je cherchais ! merci bcp

  • balzane

    L’épisode 1 était certainement le meilleur de cette 2e saison en interrogeant la sexualité de cet être hyper cérébral et asexué qu’est Sherlock. Je n’ai pas aimé le 2, même si il est inspiré de sa plus célèbre enquête, comme si faire sortir Sherlock de la ville n’était pas naturel. La fin de la saison 3 va se faire désirer pour savoir comment Sherlock « ressuscite ». Watson va pouvoir enfin sécher ses larmes.

  • blumedienne

    je suis d’accord avec tous les commentaires élogieux de cette série qui est « absolutely fabulous  »
    mais, par pitié, quelqu’un sait-il quand on pourra voir la saison 3 ? on ne peut raisonnablement nous laisser dans un tel désarroi après la terrible fin de la saison 2 !
    ce suspense est proprement inhumain …
    Qui a des infos sur ce point ????
    merci d’avance
    fbb

  • Drayke

    Jusqu’à nouvel ordre c’est maintenu à cet été, même si le début du tournage a récemment été reporté étant donné l’agenda plutôt chargé des deux acteurs principaux (Cf. Star trek : Into darkness et The Hobbit).

54 queries. 0,745 seconds.