Lie to Me - The Core of It (2.01)

Cela devient une tradition, oui, je viens vous expliquer une nouvelle fois pourquoi j’ai arrêté de regarder une série, et donc, pourquoi au final, il n’y aura pas de bilan – écrit par moi en tout cas.

Ce coup-ci, de toute façon, ce n’est pas très gênant, vu qu’une saison entière nous a déjà montré qu’elle n’intéressait pas les foules (sur Critictoo au moins). Je parle de Lie To Me, et je me dis que vu le manque de succès de ce show FOX, il serait peut-être bien de commencer par les présentations.

Donc, Lie To Me en est à sa seconde saison et nous parle de Cal Lightman, un homme qui sait quand vous mentez. Enfin pas vous, vous, non, juste les personnes qui sont devant lui. Le tout est bien entendu basé sur un livre et un homme qui existe vraiment, vu qu’aujourd’hui il est bien d’avoir un alibi culturel (ou intellectuel), histoire de pouvoir cautionner un pitch qui semble un peu balancer de manière hasardeuse pour répondre au succès de The Mentalist.

La différence majeure qu’il y a entre Patrick Jane et Cal Lightman, c’est qu’il y en a un qui sourit tout le temps et que l’autre semble toujours sur le point de se mettre à tabasser la moindre personne qui lui adresse la parole. Car oui, Cal il a clairement quelques problèmes et ça ne serait pas du luxe de tenter de les traiter. Mais bon, ça fait son charme.

Alors, on en arrive au moment du pourquoi j’arrête. C’est simple : je n’aurais pas dû recommencer. D’abord, j’ai trop de choses à regarder, alors pourquoi me lancer dans la saison 2 alors que la première n’était pas convaincante ? Ok, la réponse est évidente : Shawn Ryan. Oui, je sais, le sériephile que je suis est faible, mais il faut le reconnaitre, l’homme n’a pas fait honte à son talent, car la série a réellement augmenté qualitativement depuis qu’il est showrunner. Le souci se trouve clairement à la racine même de la série.

J’aime beaucoup Tim Roth depuis le film Le Suspect idéal que j’avais vu sur Canal+ à l’époque (oui, c’est vieux !). Je n’ai pas suivi sa carrière de près, mais son nom a toujours été un plus non négligeable pour regarder un film. Et le voilà donc à la télévision.

Après ça, il y a bien entendu le cas Ria Torres, mais le problème a totalement disparu en ce début de saison 2.

Bref, si j’arrête, c’est juste parce que je n’en ai rien à faire. Je n’ai pas développé le moindre attachement pour les protagonistes de la série. Les intrigues ne sont pas mauvaises, mais ne compensent pas le fait que quand on s’en fout de savoir si le personnage que l’on suit meurt dans la scène suivante, et bien, ce n’est pas évident d’adhérer à quoi que ce soit pouvant générer du suspens.

Au final, la saison 2 a le mérite d’offrir un divertissement correct pour peu qu’on ait réussi à développer un intérêt pour un élément du show – le mieux étant clairement de débuter directement avec la seconde saison –, mais pour moi, ça ne le fait pas. Tout simplement. Je vais donc attendre Terriers. Et puis, ça me fait gagner 42 minutes par semaine pour regarder autre chose.