Arrow/The Flash et le problème de l’intérêt amoureux

9 Avr 2015 à 12:21

Arrow (saison 3) et The Flash (saison 1)

La vie n’est pas facile pour les super-héros de The CW. Elle l’est encore moins pour l’intérêt amoureux. Alors que l’on s’approche de la fin de la saison 3 d’Arrow et de la conclusion de la première de The Flash, un terrible constat s’est imposé : la romance est un véritable problème narratif.

Au cours de la saison 1 d’Arrow, il était étrangement aisé de blâmer Laurel, qui occupait cette position fort difficile. De retour à Starling City après 5 ans à vivre des aventures terrifiantes et éprouvantes, Oliver Queen retrouvait Laurel Lance, sa petite-amie d’antan qu’il avait trompé avec sa sœur. Nous faisions face alors à deux individus qui s’étaient aimés, avait potentiellement encore des sentiments l’un pour l’autre, mais aussi un passé et des traumatismes qui rendaient la communication compliquée. Tandis qu’Ollie commençait sa transformation en Arrow, la pauvre Laurel endossait le rôle de l’avocate peu crédible qui était quasi entièrement définie que par ses relations avec les hommes de sa vie (Oliver, le meilleur ami Tommy et son père Quentin).

Peu aidée par une écriture souvent malhabile, voire tout simplement grossière, Katie Cassidy peinait à délivrer une performance un minimum convenable et à crédibiliser son personnage. Du coup, il était aisé de penser que Laurel était le problème.

Maintenant en saison 3, et avec The Flash qui a fait une arrivée tonitruante sur la chaine, le problème de l’intérêt amoureux a pris une autre dimension. Laurel s’est fait doucement éclipser, en partie par sa sœur Sara et surtout par Felicity Smoak, l’informaticienne indispensable à Oliver Queen pour ses activités nocturnes. Bien qu’une part de son histoire soit particulièrement liée à celle d’Ollie, Sara n’occupera jamais vraiment complètement le rôle d’intérêt amoureux, ce qui l’aidera à ne pas être anéanti par la plume des scénaristes.

Ce ne sera pas le cas de Felicity Smoak. De femme joviale, déterminée, compétente et honnête, Felicity s’est transformée sous nos yeux pour devenir une amoureuse éperdue d’Oliver, consumée par ses sentiments au point d’en perdre son identité. Doucement, mais sûrement, l’équipe scénaristique a réduit ce personnage féminin indépendant à n’être qu’un intérêt amoureux en saison 3. Elle n’existe plus, à son tour, qu’à travers ses relations avec les hommes de sa vie – à savoir Oliver et Ray Palmer.

Qu’est-il arrivé à Laurel pendant ce temps-là ? Elle a traversé une phase difficile, a plongé dans l’alcoolisme et a dû se ressaisir et prendre son existence en mains. Elle s’est, en somme, émancipée d’Oliver Queen grâce aux autres personnages féminins. Si Katie Cassidy ne brille toujours pas, l’actrice se révèle plus inspirée et parvient à tirer à l’occasion vers le haut le matériel encore douteux qu’on lui fournit, mais qui a le mérite d’être là pour faire évoluer le personnage. L’enchainement de tragédies dans la vie de Laurel aura permis de redéfinir l’avocate pour lui offrir une véritable place dans la série, une qui n’est pas définie par ses sentiments amoureux.

Face à cette évolution, le problème a pris une autre forme. Il n’est plus question de Laurel, mais d’un problème qui va au-delà d’un personnage : il est question d’un défaut scénaristique de taille !

Celui-ci se retrouve dans The Flash, où la pauvre Iris West est elle aussi une victime des scénaristes. À Central City, Barry Allen est devenu The Flash, l’homme le plus rapide (ou presque), déterminé à faire le bien. Unique représentant de la police scientifique de la ville, Barry est épris d’Iris avec qui il a grandi. Ce qui ressemble alors à une relation frère/sœur doit être interprété comme une relation de meilleurs amis destinés à devenir amants. Les signaux sont conflictuels et l’équipe créative tourne autour de la question sans parvenir à faire évoluer logiquement Barry ou Iris dans leur vie privée de manière naturelle.

Iris West est une apprentie journaliste qui est alors à Barry ce que Laurel était à Oliver en première saison. Une femme pas très compétente dans son travail et impliquée dans une autre relation sentimentale. Les deux ont aussi en commun une figure paternelle présente et une mère absente. Les deux super-héros ne se ressemblant pas, l’histoire a pu prendre quelques tournants différents, mais tout est fait pour maintenir un statu quo ennuyeux.

Peut-on alors vraiment blâmer Iris ? Son évolution professionnelle était parfaite pour l’aider à prendre forme et se révéler autrement qu’à travers sa relation avec les hommes de sa vie (Barry, Eddie son petit ami, Jo son père). Cependant, elle aura rejoint la rédaction du Central Pictures News sans faire d’étincelles, se retrouvant avant tout coincée derrière un bureau pour recevoir à l’occasion la visite de Barry. Pour le moment, rien de vraiment bon et intéressant n’est ressorti de son travail.

Le problème de l’intérêt amoureux dans The Flash et Arrow est, tristement, un problème qui affecte de plein fouet les personnages féminins. Si Barry et Oliver ont des objectifs personnels à atteindre, celles qui sont à leurs côtés ne peuvent pas en dire autant. Leurs existences semblent en grande partie définies par leur vie privée et elles peinent alors à exister en dehors de leurs relations sentimentales dès que celles-ci deviennent un des moteurs scénaristiques. Les couples ont toujours des fans dévoués (et d’autres qui sont contre) qu’ils soient bien ou mal écrit. Dans l’univers super-héroïque de The CW, nous sommes en tout cas confrontés à des relations qui ont bien du mal à être pertinentes, car elles sont développées en réduisant le personnage féminin à n’être qu’un accessoire au service du héros.

Tags : Arrow The Flash moins...
Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link