Avec ses personnages, Arrow a atteint sa cible

22 Mar 2014 à 15:22

Arrow - Saison 2

Attention, pour lire cet article, il est préférable d’être à jour au niveau de la saison 2 ou d’avoir au minimum terminé la saison 1.

Un show sur les superhéros, qui plus est sur la CW, est contraint de faire face à différentes questions que vont se poser les fans de comics. Est-ce que les acteurs seront trop beaux pour être crédibles ? Est-ce que la mythologie de la série sera délaissée pour des histoires à la One Tree Hill ? Si au départ l’on pouvait craindre la réalisation de nos prédictions, Arrow a progressivement réussi à combiner mythologie des comics et soap-opéra. Le meilleur exemple reste le triangle amoureux entre Oliver et ses amis de longue date Laurel (Katie Cassidy) et Tommy (Colin Donnell). Faisant d’Oliver le bad guy – non pas parce qu’il a « volé » Laurel à son meilleur ami, mais plutôt parce qu’il a gardé son identité secrète, ce que Tommy n’a pas su comprendre, et encore moins accepter – les scénaristes ont transcendé cette histoire, qui affectera plus tard les trois personnages au-delà de sa simple accroche romantique. Ce qui paraissait au départ comme une facilité scénaristique devint alors digne d’intérêt en posant d’autres enjeux pour la saison suivante.

Si cela reste assez basique quand il s’agit d’un show de The CW, Arrow a toujours été capable d’utiliser toutes les conventions attachées aux séries de son genre en les développant au-delà de leurs prismes habituels. Ici, chaque action repose sur elle-même, chaque choix personnel va avoir des conséquences et le passé est tout aussi important que le futur.  

La principale amélioration dans la série réside dans la manière dont elle a étoffé ses personnages.  En ce sens, c’est Oliver Queen qui a le plus bénéficié de cette évolution : de vengeur masqué, il est devenu héros. Servi par le très bon jeu d’acteur de Stephen Amell, Oliver porte désormais le show sur ses épaules, le rendant ainsi plus crédible et surtout plus fort émotionnellement. Toutefois, la construction des personnages ne se confine pas seulement aux trahisons, aux triangles amoureux ou encore exclusivement à Oliver. La relation principale de la série unit The Arrow à son équipe, composée au tout début de John Diggle (David Ramsey), son garde du corps/conducteur, et de Felicity Smoak (Emily Bett Rickards), la géniale informaticienne/assistante. On peut reprocher aux scénaristes d’uniquement faire exister Felicity et Diggle par le prisme d’Oliver, et il est vrai que ce peut être frustrant. Néanmoins, les épisodes centrés sur un personnage autre que l’archer, ceux sur Diggle notamment, sont excellents. De plus, le vigilante s’est vite aperçu qu’il ne pourrait réussir tout seul, et qu’il a bien besoin d’aide. En décidant de s’entourer, il s’ouvre à de nouvelles possibilités et Arrow possède désormais plusieurs dynamiques à exploiter : loyauté, amour, respect, mais aussi désaccords. De plus, l’alchimie entre les trois acteurs est telle que chaque scène entre eux vaut le détour. Si Felicity et Diggle peuvent être considérés comme étant sous-utilisés, ils se sont bien développés depuis le début et demeurent essentiels pour Oliver.

Cette évolution des personnages principaux est d’autant plus appréciable que les secondaires ont également été retravaillés. Thea Queen (Willa Holland) et Roy Harper (Colton Haynes) sont devenus plus intéressants au fur et à mesure qu’ils ont été intégrés à l’action principale – d’autant plus depuis que Roy est devenu les yeux et oreilles de The Arrow dans la rue, puis membre à part entière de l’équipe. Moira Queen (Susanna Thompson) se retrouve, quant à elle, à osciller entre une campagne politique l’obligeant à naviguer dans des eaux toujours plus troubles qu’auparavant et ses multiples tentatives pour réparer une réputation brisée. Elle en ressort encore plus intéressante et intrigante, notamment avec ses relations avec la Ligue des Assassins et le retour de Malcolm Merlyn (John Barrowman). La seule qui pose réellement problème reste Laurel, les scénaristes ayant vraisemblablement du mal à l’intégrer à l’histoire. Cependant, elle semble se relever depuis maintenant deux épisodes, l’équipe créative la faisant, par le biais d’Oliver,  sortir de la torpeur dans laquelle elle était jusqu’alors plongée.

C’est parce qu’Arrow a réalisé le travail nécessaire sur ses personnages que les scénaristiques ont aujourd’hui la possibilité de développer au maximum des intrigues qui rendent les ambitions du show plus visibles. L’apogée de la première saison mit fin à la vengeance d’Oliver, lui faisant abandonner la croisade de son père, mais la deuxième saison possède un objectif plus large. Arrow a toujours eu du mal à relier ses flashbacks sur l’île à l’action qui se déroule dans le présent. En introduisant un nouveau méchant, incarné par Dylan Neal, dont les expériences résonnent à présent à Starling City tout en précisant le rôle que jouera plus tard Slade Wilson (Manu Bennett), une grande majorité des problèmes du show semble ainsi avoir été résolue.

Arrow apparait aujourd’hui de plus en plus solide dans la manière de raconter ses histoires, approfondissant davantage sa mythologie en se permettant d’intégrer des protagonistes tels que Black Canary, le Suicide Squad, et surtout The Flash. Tout n’est évidemment pas parfait, le show pouvant encore avoir du mal à négocier toutes les intrigues et personnages qu’il a à sa disposition. C’est pourtant grâce à ces derniers qu’Arrow se positionne dorénavant non plus seulement comme une très bonne série d’actions, mais comme un des meilleurs dramas de network actuels.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link