Cela fait 34 minutes, c’est l’heure du twist dans Elementary

Elementary

Voilà un moment que nous n’avons pas parlé d’Elementary, la version contemporaine et américaine de Sherlock Holmes, et c’est regrettable. Cette série s’est avérée plutôt bien menée jusque-là et elle mérite probablement que l’on s’arrête longuement sur ce qu’elle fait bien – un bilan de la première saison arrivera bien entendu peu de temps après que celle-ci se soit achevée.

Avant cela, arrêtons-nous un peu sur la formule du show. Comme tout police procedural de CBS, Elementary se doit de nous servir notre meurtre de la semaine avec un twist qui se trouve plus dans la façon de travailler de l’investigateur que dans le crime en lui-même. Cela fonctionne assez bien quand l’enquêteur – consultant ici – n’est autre que le célèbre détective de génie (et excentrique) Sherlock Holmes.

Les scénaristes d’Elementary ont la bonne idée de ne pas pour autant se contenter de ça et s’amusent à concocter des affaires à tiroirs, des fausses pistes qu’ils étirent longuement pour camoufler soigneusement la solution ou autres distractions en tout genre. Cela est relativement efficace, tout particulièrement parce qu’il est plus souvent question de s’intéresser à Holmes et Watson qu’à ce qu’ils font.

Cela dit, vous pouvez être certain qu’à la 34ème minute de l’épisode, il va y avoir un déclic. On peut terminer l’enquête et partir sur une autre, découvrir une preuve qui offre une perspective nouvelle à l’investigation ou encore avoir une situation qui devient soudainement urgente. Peu importe, il va se passer quelque chose.

Le timing est impeccable et fait des merveilles au début de la série, étant donné que cette façon de redistribuer les cartes ou de simplement passer à autre chose relance sérieusement l’épisode au moment d’entrer dans la dernière ligne droite. Le problème est que le timing est tellement bien calculé que personne ne semble vouloir y toucher. Au bout d’un moment, les effets de surprise s’estompent, car on se met à attendre l’arrivée de ce cap et même à tenter de deviner ce que sera ce déclic inévitable.

Bien entendu, la structure des épisodes est étudiée en fonction des coupures publicitaires, mais il serait intéressant que l’on s’en éloigne très légèrement de manière aléatoire pour que cela ne perde pas son intérêt trop rapidement. Si ce twist de la 34ème minute fait des merveilles pour le moment, dans 2-3 saisons, il risque d’être des plus rébarbatif.

Heureusement, Elementary a plus à offrir qu’une routine scénaristique pour rester agréablement divertissante, mais on parlera de ça une autre fois.

Aller plus loin…

– Regarder le générique de la saison 1 d’Elementary.

Tags : Elementary moins...
Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires
Le Geektionnaire des Séries TV
Nous l’avons écrit et vous pouvez désormais le lire. Cet abécédaire des séries contient près de 900 entrées passionnantes.
Commandez-le !
(19.95€ prix conseillé)
close-link