Cet été, les chaines américaines mettent à l’épreuve les amateurs de séries de genre

31 Juil 2014 à 14:01

Junior dans Under The Dome saison 2 episode 5

Si on discute de toutes les manières possibles de la qualité d’une série télévisée, certaines problématiques se montrent plus complexes que d’autres, tout particulièrement quand il s’agit de s’intéresser à une mauvaise série et tout ce qu’il faudrait faire pour qu’elle devienne meilleure. Pas-bonne, juste meilleure.

Cette saison estivale se révèle contre toute attente (ou non ?) un véritable laboratoire autour de cette problématique. Quand tel show a-t-il atteint son point de non-retour ? Est-il possible pour un programme de (re)devenir intéressant après tant d’épisodes ratés ? Jusqu’où une série peut-elle tomber avant qu’il ne soit tout simplement trop tard ?

Toutes ces questions émergent au cœur d’une période où les séries de genres sont aussi nombreuses qu’elles sont qualitativement discutables. Soyons clairs, elles ne sont pas toutes mauvaises. Witches of East End est aussi imparfaite qu’elle est divertissante et parfois même – oserais-je dire – osée à sa manière. Extant doit encore faire ses preuves, jonglant entre ses problématiques sur l’intelligence artificielle et un thriller conspirationnistes, mais elle a un potentiel. The Strain souffre d’un alignement de stéréotypes et de personnages unidimensionnels, sans pour autant se départir d’un bon rythme et d’idées alléchantes.

Il est peut-être d’ailleurs plus aisé de passer les dysfonctionnements créatifs de certaines productions lorsque le début de semaine s’ouvre avec l’une des pires saisons de True Blood. La série vampirique de HBO se dirige vers sa fin et le fait en mettant à l’épreuve quasiment chaque semaine – à l’exception d’un épisode pour le moment. Il est difficile d’imaginer qu’à la fin du mois d’août, nous dirons adieu à tous les habitants de Bon Temps au vu de l’absence totale de tension. Le scénario est creux, les scénaristes s’étant perdus dans des métaphores inutiles qu’ils n’exploitent même pas. C’est quelque peu tragique.

Les scénaristes de True Blood ne sont pas les seuls à ne pas savoir creuser leurs idées, c’est aussi le cas de Falling Skies. L’espoir injecté en début de saison par le changement de showrunner s’est dissous au fil des épisodes. Comme le dit Fabien dans sa dernière critique, cela n’a rien changé et c’est tout bonnement inquiétant.

Quelle place occupe réellement un showrunner si ce dernier n’influe pas sur l’œuvre ? Il ne faut certainement pas se mentir sur la réalité du milieu, comme le rappelle The Walking Dead, où les responsables se sont enchainés suite à des désaccords créatifs avec la chaine. Le plus difficile, avec une liberté créative parfois limitée, est bel et bien de réussir à contourner ou surmonter ses limites, voire à jouer avec pour satisfaire tout le monde – spectateurs compris – et donner le jour à une série de qualité.

Alors qu’est ce que les gens à la tête d’Under The Dome ont cru que les téléspectateurs avaient aimé au sein de la première saison ? C’est le parfait exemple du show qu’on pense déjà plus que perfectible au point qu’on se dit qu’à la base ils ne peuvent pas tomber plus bas. Encore une fois, restons réalistes, ce n’était pas glorieux la saison dernière, il n’y avait pas vraiment de raison que cela le soit cette saison – même si on a le droit d’espérer. Falling Skies, dans toute sa médiocrité, semble toujours trouver une sorte d’équilibre qui la maintient à son niveau. Under The Dome, par contre, chute inexorablement au point que je me demande si cela peut s’arrêter. À ce stade, je n’espère pas foncièrement un bon épisode, juste un qui remonte la moyenne générale. Plusieurs même, car j’ai l’impression d’être dans une impasse. Peut-elle se relever de son début de saison calamiteux ?

Il est étrangement difficile de trouver des réponses à ces questions. Ce n’est pas tant qu’il n’existe pas 36 façons d’améliorer un show, de l’aider à s’éloigner de ses travers pour qu’il devienne plus intéressant, c’est plus de savoir si les scénaristes en sont, eux, capables. Pour cela, il faut aussi avoir conscience que quelque chose ne va pas et qu’il faut trouver une solution, et vite, avant qu’il ne soit définitivement trop tard. Une série est une œuvre en constante évolution, et elle peut être aussi mauvaise qu’excellente, le tout en une simple saison. L’équipe créative possède, tant que le show est à l’antenne, plus d’une occasion pour réparer les faux pas, arrêter une intrigue qui ne fonctionne pas, exploiter ce qui mérite de l’être. Malgré tout cela, j’en viens à me demander si cela est vraiment possible pour toutes.

Il y a d’autres séries de genre sur la télévision américaine en ce moment, des bonnes et des moins bonnes et malheureusement, des médiocres et des mauvaises, mais présentement, pas vraiment d’excellentes. Pour cela, il faut se tourner vers l’Angleterre avec Utopia.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link