De la difficulté de rendre les victimes dignes d’intérêt dans les séries policières

28 Oct 2015 à 18:20

Castle : Mort d'un avocat sous fond de défi (7.19)

Lorsque je prenais des notes pour commenter The Nose (8.05), je me suis dit que les victimes dans Castle n’ont presque jamais été intéressantes. Après plus de 150 victimes depuis le début de la série, ça fait beaucoup. Dans The Mentalist, même son de cloche. Le phénomène atteint un autre niveau : Red John a tué la femme et la fille de Patrick Jane (Simon Baker), ce qui a motivé ce dernier à rejoindre la police de Sacramento. On connaît l’effet que cela a eu sur Patrick, on devine la douleur de notre mentaliste… sauf que celles qu’il a perdues n’ont jamais été des personnages à part entière. Certes on a pu voir Amber – la fille de Jane – dans Devil’s Cherry (5.02), mais cela se résume à cela.

Le problème n’est pas nouveau. Les séries policières ne sont généralement pas intéressées par les victimes, mais plus par arrêter la personne responsable. On ne va pas se leurrer, quarante minutes ne suffisent pas pour fournir une vraie personnalité pour la victime et expliquer pourquoi on devrait être triste qu’elle ne soit plus là. Encore une fois, ce n’est pas le but de tous Police procedurals. Néanmoins, cela enlève également une part d’enjeux dramatiques qu’un épisode pourrait avoir. La mort étant tellement banalisée aujourd’hui, elle ne suffit plus à créer l’empathie suffisante.

C’est aussi pour cela que, dans ce genre de séries, les meilleurs épisodes sont souvent ceux qui comportent un meurtre affectant un personnage que l’on a un peu connu. Par exemple, la mort du Capitaine Montgomery dans Castle, aussi logique qu’elle ait pu être scénaristiquement parlant, toucha en plein cœur.

Certains shows tombant dans la catégorie des séries policières ont tout de même réussi à doter les victimes d’une personnalité, ce qui rend les épisodes plus intéressants en termes d’action. Les façons de le faire sont différentes, mais l’idée reste la même : notre victime n’est pas seulement un procédé scénaristique, mais bel et bien une vraie personne. Person of Interest utilise une machine qui désigne des personnes qui peuvent très bien être les victimes potentielles ou les meurtriers. De fait, Reese (Jim Caviezel) et Finch (Michael Emerson) démarrent une course contre la montre chaque semaine pour savoir qui est quoi. En outre, on rencontre les personnages concernés et c’est donc plus intéressant de voir ce que la personne est avant que quelque chose lui arrive. Même dans un police procedural classique, il y a désormais un enjeu supplémentaire. Bien entendu, ce n’est pas l’unique caractéristique rendant Person of Interest divertissante et pertinente, mais cela ne fait pas de mal.

Plus récemment néanmoins, c’est iZombie qui ajouta quelque chose de nouveau à la formule. Liv Moore est un zombie travaillant à la morgue et qui, lorsqu’elle mange un cerveau, acquière certains traits de la personnalité de la victime. Elle observe de plus des visions portant sur des bouts de vie de la personne dont elle doit résoudre le meurtre. On remarque dès lors un twist intéressant sur la forme traditionnelle du procédural. Les enquêtes en elles-mêmes restent classiques, mais l’on voit la personnalité des victimes à travers Liv. Cela donne lieu à de succulents moments d’humour, mais également des instants bien plus dramatiques. Une partie de la vie de la victime nous est introduite physiquement et non plus seulement avec des mots et des réactions de membres de la famille.

Il est difficile de ressentir de l’empathie pour les victimes dans des Police procedurals. Ce n’est d’ailleurs sans doute pas pour cela que l’on regarde ce type de séries. Néanmoins, il est intéressant de voir qu’il existe une corrélation entre le travail mis en œuvre pour poser la victime comme un vrai personnage et la qualité de l’épisode. Qui plus est, certaines séries tentent de renouveler le genre – somme toute très générique – en trouvant des moyens originaux de nous présenter l’intérêt des personnes assassinées. De l’humour, un zombie ou des machines, qu’importe le flacon, pourvu que les victimes aient le droit d’être considérées comme de réelles personnes. Elles sont mortes, on pourrait au moins leur accorder cela.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link