Harvard Business Lawyers : The Suits Style

Début juin, j’ai écrit un billet intitulé Chicago Law : L’autre argument de The Good Wife dans lequel j’évoquais la manière avec laquelle les affaires judiciaires étaient traitées dans la série CBS. Cet été, USA Network a lancé une nouvelle série judiciaire – quelques mois après la sympathique, mais bien trop anecdotique Fairly legal – qui, comme The Good Wife, apporte un vent de fraicheur dans le genre.

Il faut dire que Suits aborde le sujet sous un angle qui n’est pas spécialement représenté sur le petit écran, à savoir, le travail des avocats d’affaires. On se retrouve dans une firme new-yorkaise qui n’est pas là pour défendre les intérêts d’un homme accusé de meurtre, mais celui d’individus ou, majoritairement, d’entreprises. Il est question de conclure des affaires, de protéger les droits des entrepreneurs, de faire toute la paperasse qui sera le bouclier de firmes ou même de chercher des erreurs dans ceux-ci pour pouvoir économiser des dollars ou autres.

Le principal avantage ici est que la grosse entreprise n’est pas placée dans le rôle du géant qui ruine systématiquement les intérêts des gens démunis et sans défense. Il est occasionnellement question de morale, mais la série est encore jeune et, par souci de réalisme, les avocats doivent défendre aussi bien leurs clients que leur image, il n’y a pas la place pour sauver le monde, ce qui est logique vu le métier.

Suits montre ainsi que le travail de l’avocat n’est pas principalement d’aller plaider un dossier devant un juge, mais de passer des heures interminables dans la paperasse. Ce n’est pas glamour, mais c’est comme ça que cela fonctionne. A côté, il faut aussi travailler le client pour savoir ce qu’il désire, comment il le veut et s’assurer qu’il signera le bon papier le moment venu, étant donné qu’il y a généralement beaucoup d’argent à la clé.

Ce que j’espère, c’est que la série aura l’intelligence de ramener ponctuellement des clients déjà croisés auparavant, car c’est quelque chose qui ne peut donner que de la consistance au show, étant donné son concept.

Pour l’instant, presque chaque épisode nous fait découvrir une nouvelle facette du métier. C’est parfois assez secondaire, les intrigues se focalisant sur les personnages plus que sur le cas de la semaine. De plus, il  a une exploitation notable de la culture d’entreprise qui est occasionnellement plus mise en avant que le passage en revue des milliers de pages que le jeune Mike Ross doit relire avant la fin de la journée.

À ce stade, Suits atteint la moitié de sa première saison et si elle continue dans ce sens, elle pourrait bien s’imposer comme étant la meilleure nouveauté de l’été, en partie grâce à son approche de la loi, mais on développera ça quand elle sera terminée.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link