La saison 3 de Southland a débuté il y a peu, déjà 3 épisodes de diffusés. J’en parlerai bien entendu dans un bilan qui couvrira les 10 épisodes, mais je me suis dit que j’allais revenir un peu sur la série à ce niveau, car il y a plusieurs pensées qui me sont venues durant mon visionnage.

La première est du point de vue marketing : quand est-ce qu’ils arrêtent de nous dire qu’il va y avoir moins de protagonistes ? La saison dernière c’était pareil et je m’étais dit que c’était dommage parce qu’à chaque fois le personnage de Nate, joué par Kevin Alejandro, parait destiné à dégager, mais il est toujours là, et ça tombe bien étant donné que je le préfère à son partenaire, Sammy, joué par Shawn Hatosy, même si cette saison, Sammy semble avoir trouvé de quoi sortir de sa routine. À côté de ça, Russell (Tom Everett Scott) ne parvient pas à partir alors qu’il peine à justifier ses apparitions dans la série puisque Lydia (Regina King) change sans arrêt de partenaire. J’ai d’ailleurs bien aimé le fait que ça soit exploité dans le dernier épisode, ça a permis à cette malheureuse routine de ne plus être tristement comique.

Et ne parlons pas de Dewey (C. Thomas Howell) qui a eu le droit à une sortie tout à fait honorable et qui revient quand même.

Bref, il y a toujours autant de personnages, peut-être qu’ils n’ont pas tous des développements, mais ça ne sert à rien de nous faire peur en nous disant qu’ils ne seront que 4 !

Sinon, il y a donc eu 3 épisodes. Le premier était brouillon, ça partait juste dans tous les sens, pas la meilleure des reprises. Le second était vraiment bon, tandis que le 3ème s’est révélé convenable, avec ses moments, mais il manquait un peu d’énergie.

Le fait est que la seconde grosse pensée qui ne cesse de revenir depuis le début de la saison est : Southland va-t-elle se noyer dans sa routine ? La vie de la série a été chaotique, c’est peu dire. Une courte première saison et une seconde qui l’est encore plus, ça n’a pas vraiment laissé de la place aux développements, d’ailleurs, ce fut un véritable handicap pour la seconde, car elle ne fut pas construite pour s’arrêter aussi rapidement et elle a donc pris son temps pour démarrer, nous laissant finalement avec peu.

La troisième sera complète avec 10 épisodes d’assurés. C’est l’opportunité de faire quelque chose d’important, d’emmener le show là où il n’a jamais pu aller, toujours coupé dans son élan. La série a du potentiel et je suis persuadé que si on ne lui avait pas autant tiré dans les pattes, elle ne serait pas aujourd’hui réduite à un état presque anecdotique – sans vouloir déprécier TNT et ce qu’elle fait de la série, mais quand même.

Globalement, j’ai l’impression d’être encore au début de la première saison. Les personnages n’ont pas vraiment avancé, certains sont toujours coincés dans les mêmes storylines. Dans deux épisodes, on arrive à la mi-saison, j’espère que ça va changer, car son look et son ton ne peuvent pas donner le change éternellement, il va vraiment falloir qu’elle trouve un moyen de faire juste un peu plus pour ne pas disparaitre, perdue dans sa monotonie.

Voilà donc pour moi le challenge à surmonter pour cette saison 3, prouver qu’elle a plus que du potentiel.