M6 a commencé il y a deux semaines la diffusion de The Good Wife avec trois épisodes. Après des chiffres non concluants, elle a mis le turbo en passant à 4 épisodes. Les audiences ne sont bien entendu pas devenues meilleures et le spectateur a pu faire une indigestion. Malgré ce fait, je comprends très bien la volonté de la chaine de vouloir accélérer la diffusion. Qualité ou non, un échec reste un échec et il faut pouvoir vite passer à autre chose… genre NCIS !

J’aimerais blaguer à ce sujet-là, mais chez nos amis de la 6, il ne semble pas y avoir beaucoup de séries qui rencontrent le succès, et la chaine ne parait pas se lasser de diffuser NCIS autant qu’elle peut. Le pire dans tout cela, c’est qu’on semble avoir quitté le domaine du deux épisodes pour passer au trois, voire au quatre. C’est ce qu’ils ont fait avec Lie to Me. Le procédé est aidé par les rediffusions, il va de soi.

La guerre de l’audimat est impitoyable, mais il faut l’accepter. Celle du changement est encore pire, car elle se frotte aux habitudes inscrites dans la mémoire collective et aux chiffres. Le temps a déjà montré que la bataille est toujours gagnée par ces derniers. De cela, il faut donc s’accoutumer, tout particulièrement si les personnes responsables ne sont pas prêtes à faire un effort pour renverser la vapeur.

L’initiative de mettre The Good Wife en prime time était fort louable. C’est le soupçon de tentative de changement, épaulé par le système qui ne l’est pas – les fameux trois épisodes. Mais, il est aussi évident que la personne qui a dû prendre cette décision ne devait pas le concevoir ainsi, vu qu’elle voulait un succès. Jusque-là, je dirais que c’est logique, si ce n’est qu’il y a erreur sur la série.

Mes limites sur le raisonnement s’arrête là pour la simple et bonne raison qu’il ne me serait pas venu à l’idée de mettre la série à 20h30, sachant que cela n’aurait pas fonctionné, à moins d’avoir la volonté de promouvoir avec force une série de qualité et de la soutenir jusqu’au bout. Ce qu’il manque parfois en France, c’est l’image. L’image de la chaine et de sa respectabilité et de la qualité des programmes. Comme j’ai la vague sensation que c’est absent, c’est une lutte qui n’est pas à mener et alors, pas de raison de soutenir The Good Wife en prime sur la durée.

En regardant le programme, j’ai l’impression que cela s’est dégradé, la soi-disant « popularisation » des séries n’étant ni cernée, ni contrôlée. Tout le monde cherche à se faire du fric sans savoir ce qu’ils ont entre les mains, ni quoi en faire. L’important, c’est de décrocher le hit et de presser le citron autant que possible. Il n’y a pas d’autres plans, ce qui fait que tout va plus ou moins de travers. Il y a l’air d’avoir beaucoup de monde qui ne sait plus trop ce qu’il fait – exception faite du mec qui achète les séries sur TF1 peut-être !

Le prime time doit s’accommoder de différents facteurs : la routine du spectateur, la nécessité de faire des résultats, et trouver le programme adéquat. C’est un combat continuel, mais il est aussi en train de massacrer les séries au passage. The Good Wife méritait mieux, elle n’est pas la première, ni la dernière. Avec un peu de chance, une chaine de la TNT la traitera mieux.

Pendant ce temps-là, Wallander fonctionne très bien sur Arte, et ça, c’est une très bonne nouvelle. Preuve que rien n’est perdu…