Skyblog n’est pas qu’un trou perdu dans le web français, on peut aussi y trouver des créatifs comme Jonathan Guillen qui a lancé sa première Websérie. Une initiative courageuse, car appuyée uniquement par ses moyens financiers et, clairement, par beaucoup de passion.

Cela s’appelle Le vilain Petit Jack et voici comment elle est présentée :

C’est l’histoire d’un homme méprisant, cynique et égoïste qui a perdu tout contact avec sa famille. Un jour, sa sœur débarque chez lui et lui demande de l’aide. Pourquoi est-elle revenue ? Quels sombres secrets cache-t-elle ? Pourquoi Jack ne parle plus avec sa famille ? Pourquoi est-il comme il est maintenant ? Tant de question qui trouveront leurs réponses tout au long de la saison.

Avant de ce lancer, il vos connaître quelques petits détails. D’abord, ce n’est pas du travail de professionnel, on est dans le domaine du Home Made Vidéo, mais ce n’est pas pour ça qu’il ne faut pas tenter de regarder, n’oublions pas que même les plus grands ont commencé par faire ce genre de petites productions.

Ensuite, chaque épisode fait entre 3 et 8 minutes, la majorité tournant entre 4-5 minutes. E enfin, la première saison se compose de 30 épisodes et, au moment où j’écris ses lignes, les 20 premiers sont dispos.

J’ai regardé l’intégralité de ses épisodes et, même si le niveau qualitatif n’est pas égal d’un bout à l’autre, cela se laisse suivra sans déplaisir. Jonathan Guillen et Angelique Rose, les deux têtes d’affiche, s’améliorent véritablement d’un bout à l’autre, tout particulièrement la demoiselle, même si je dois avouer que je préfère le personnage de Jack et que je regrette parfois qu’il soit un peu en retrait. Le talent d’acteur des seconds rôles est par contre assez variable.

Au niveau des histoires, la couleur est annoncée dès le départ, on navigue entre le drama et la comédie. Le mélange n’est pas toujours très équilibré et les intrigues dramatiques le sont parfois un peu trop, ce qui contraste vraiment avec certains épisodes comiques complètement déchainés où l’on en rit à pleurer. L’arrivée du personnage de Luc, un « démon du passé », va emmener l’histoire dans une direction pour laquelle j’ai moins adhéré, beaucoup trop sombre, et où l’humour aurait pu trouver une bonne place pour tenter d’alléger le ton.

Au niveau de la scénarisation, Jonathan Guillen va utiliser quelques clichés, parfois pour les détourner, parfois non, mais il construit quand même son histoire et ses personnages petit à petit, surtout la relation entre le frère et la soeur.

Bref, vu les moyens, c’est une websérie honorable qu’il faut regarder avec l’esprit ouvert. C’est perfectible, il n’y a pas de doutes, mais il ne faut pas oublier que c’est un premier essai qui se montre plus sympathique à suivre que certaines webséries professionnelles qui souffrent par leur arrogance. En gros, pour un travail d’amateur, Le vilain petit Jack mérite qu’on lui donne sa chance.

Pour la regarder, direction : http://levilainpetitjack.skyrock.com/