Pushing Daisies

Depuis le temps, vous le savez, Critictoo a vu le jour dans le but de partager notre passion pour les séries télévisées. Si vous êtes nouveau dans le coin, vous êtes au parfum maintenant!

En regardant Lost (oui, je regarde quasiment que cela en ce moment!), quelque chose m’a étrangement frappé : le plus difficile dans la série tv, ce n’est pas tant de la regarder, c’est de donner envie aux autres de la visionner. Il est même plus facile de convaincre quelqu’un que le programme est mauvais plutôt que l’inverse.

Donc, devant mon épisode de Lost, je me suis dit que si quelqu’un avait su utiliser les bons arguments sur ma personne, je m’y serais mise assurément plus tôt. Mais, pour tout dire, comment savoir quoi dire et quoi faire ? Pendant longtemps, ma technique personnelle, auprès de mon entourage, fut de ne pas vraiment laisser le choix. Comprendre : je fournissais la marchandise. C’est ainsi que mes DVDs Farscape ont pas mal voyagés. Mieux encore, j’étais dévouée à la cause, et j’ai passé pas mal de temps à mettre des séries sur cassettes : Spooks, Battlestar Galactica, Gilmore Girls, Rome. Je me rappelle même d’avoir prêté mes enregistrements Buffy (oui, j’avais Buffy en cassette, c’est fou hein ?)

Convaincre une connaissance et un être virtuel, c’est un travail différent. C’est là que j’ai commencé à constater quelque chose qui me dérangeait à moitié. J’entendais des : « La première saison, ce n’est pas la meilleure » ou « Si tu n’accroches pas pour le moment, attends le 11e épisode« . Je peux pousser le vice loin, car parfois, il faut s’enfourner toute une saison, selon des fans, pour que la série devienne intéressante. Je suis toujours à moitié étonnée. Comment voulez-vous motiver quelqu’un en lui annonçant qu’il va devoir se farcir 20 mauvais épisodes ? C’était vraiment si horrible que cela ? Il y en a du monde qui en voulait sur Farscape vu le nombre de fois où j’ai pu lire cela sur la série. Eh bien, pour tout dire, la saison 1 des aventures de John Crichton n’est peut-être pas la meilleure du show (c’est la troisième), mais elle est loin d’être mauvaise, au contraire. Elle pose des bases solides, et comble, elle contient un des meilleurs épisodes de l’histoire de la série, A Human Reaction. Pour la petite anecdote, c’est par cet épisode que j’ai commencé à regarder la série. Je sais que l’on a parfois tendance à oublier, mais il n’y a rien de mal à ne pas démarrer par un pilote, au contraire. Il est des fois bien plus facile de se prendre d’amour pour un show en regardant 45 minutes de qualité.

Pour compliquer encore la donne, certains sont bloqués par l’ancienneté et la durée. 5 ou 10 saisons, c’est trop. Et quand en plus, le programme lui-même remonte à 10 ans, tout bon classique qu’il soit, il y en a qui ont tendance à prendre la tangente.

Je mentirais en disant que je ne suis pas parfois l’une de ces personnes. 5 saisons, c’est quand même long. Une série qui remonte à 15-20 ans a pris un petit coup dans la gueule, parfois plus visuellement parlant que scénaristiquement. Et c’est le plus difficile à surmonter. Mais, je possède une curiosité et une avidité qui n’a pas de fin, et qui me poussent vers toutes ces contrées sans beaucoup d’efforts.

Il m’est arrivé aussi de lire certains écrire qu’ils n’avaient pas regardé à cause des fans, trop enthousiastes ou non, qui donnaient une mauvaise image de la série. Qu’y a-t-il de pire qu’un fan, qu’on sait non objectif ? Un fan sans arguments. Car ce qui nous manque, le plus souvent, ce sont des mots. Dire que c’est génial n’est jamais suffisant pour motiver les troupes, nous sommes bien d’accord. Là encore, entre nous, avant Critictoo, mon arme de vente n’était pas très bien aiguisée. J’ai la force de la passion pour moi. Il parait que je suis quelqu’un de fort enthousiaste quand j’aime, ce qui a tendance à donner envie (et à empêcher les autres de vous dire clairement qu’ils n’ont pas aimé, de peur de vous blesser). Et, ce n’est pas éphémère. Là aussi, j’en ai fait moi-même l’expérience, la découverte à cause d’un fort engouement d’autrui peut mener à la déception, car nous plaçons les attentes à un autre niveau.

La consommation de séries télévisées, c’est difficile. Cela demande un véritable investissement, à cause de sa durée, qui est pourtant la raison exacte pour laquelle on se retrouve devant. Pour des développements plus importants, pour l’attachement envers les protagonistes, pour la construction d’une histoire. Véhiculer la passion et l’envie m’apparaît aujourd’hui, épaulé par l’expérience Critictoo, l’obstacle le plus difficile à surmonter de tout cet univers.

Alors au lieu de dire que telle ou telle série est superbe, aujourd’hui, je fais une généralité : les séries TV, c’est bon, mangez-en!