Hope Springs

Comme vous le savez, l’industrie télévisuelle est en crise, et pas que qualitativement parlant. Les chaines britanniques sont victimes de la récession, et ce, de manière plutôt violente, en particulier ITV qui semble plutôt mal en point (demandez à Jamie Bamber et son demi-jury dans Law & Order UK).

Pour lutter contre le problème, des programmes rentables, mais juste trop chers, peuvent se voir annuler par surprise – comme Primeval qui devait normalement revenir pour une quatrième saison. Les budgets sont souvent coupés. Il faut faire le mieux possible avec peu.

Mais voilà qu’une loi doit être changée pour permettre l’introduction de beaucoup de £ dans l’industrie. Prochainement, le Product Placement devrait être autorisé dans les programmes télévisés britanniques !

Si vous ne savez pas de quoi je parle, Carole a justement signé un article sur le sujet il y a peu.

Le problème qui se pose alors n’est pas uniquement financier, car il y a un aspect  « éditorial » pour ne pas dire éthique qui semble diviser. D’une part, ITV prône que cela va permettre d’ajouter de l’authenticité aux programmes. De l’autre, Channel 4 soulève un problème de confiance vis-à-vis du spectateur.

Tout ceci devient encore plus compliqué quand on sait que les marques ne sont pas cachées à partir du moment que les produits sont utilisés dans le décor. Ajoutons qu’internet n’étant pas régulé de ce côté, la télévision souffre d’un concurrent publicitaire.

Bref, avec les plages publicitaires traditionnelles qui deviennent de plus en plus obsolètes, le Product Placement – qui représente plus de 5% des revenus publicitaires aux USA – devrait prochainement s’installer sur les écrans britanniques, même si cela est encore loin d’être fait.

Le véritable problème que peu osent admettre à haute voix, c’est que derrière l’aspect économique, il y a une histoire de fierté. En gros, les anglais ne veulent pas que leur télévision devienne comme celle des américains. Notons que l’on ne parle pas que de série tv, mais de tous les programmes, et c’est là qu’il y a un souci.

Enfin bon, si Simon Cowell se fait payer pour boire du Coca Cola, ce n’est pas franchement très grave. Non ?